9 décembre 2016 / 10:29 / dans 10 mois

UniCredit vers un appel au marché aux allures de test

* UniCredit envisage une augmentation de capital de 13 mds

* Un test pour un secteur bancaire italien fragile

par Gianluca Semeraro, Pamela Barbaglia et Stephen Jewkes

MILAN, 9 décembre (Reuters) - UniCredit, la première banque italienne, devrait annoncer la semaine prochaine une augmentation de capital pouvant aller jusqu‘à 13 milliards d‘euros, une opération qui aura valeur de test pour l‘ensemble du système bancaire de la péninsule.

Si l‘opération est un succès, elle rassurera un secteur qui croule sous les créances douteuses, fait face à des incertitudes politiques et entrevoit la menace d‘une nationalisation de la troisième banque du pays, Banca Monte dei Paschi di Siena .

Présente dans 17 pays, UniCredit, la seule banque italienne d‘importance systémique, a nommé fin juin le Français Jean-Pierre Mustier à sa tête avec pour mission de redresser le bilan.

Ce dernier doit présenter mardi un examen stratégique et pourrait à cette occasion lever le voile sur une augmentation de capital de taille afin de mettre un terme aux inquiétudes persistantes sur les niveaux de fonds propres de la banque.

“Il s‘agit d‘un montant massif et le simple fait qu‘ils y pensent signifie qu‘ils sont confiants de pouvoir réussir”, souligne Roberto Lottici, gérant de fonds chez Ifigest.

Une éventuelle augmentation de capital pourrait intervenir au début de l‘année prochaine, selon des sources.

Le contexte n‘est pourtant pas facile.

UNE STRATÉGIE À LONG TERME

Le président du Conseil, Matteo Renzi, vient de démissionner après la victoire du “non” au référendum sur son projet de référendum constitutionnel, Monte dei Paschi pourrait faire l‘objet d‘un renflouement par l‘Etat et d‘autres banques, plus petites, ont également un besoin urgent de lever des fonds.

Moody’s n‘a rien fait pour éclaircir l‘horizon en abaissant mercredi de stable à négative la perspective attachée à la note de la dette souveraine de l‘Italie, l‘agence de notation évoquant la lenteur des réformes économiques et budgétaires dans le pays.

Et les conditions de marché ne sont pas forcément porteuses. Du fait des craintes des investisseurs par rapport aux créances douteuses des banques italiennes, l‘indice les regroupant accuse un repli de 42% depuis le début de l‘année après un gain de 14,8% en 2015.

L‘action UniCredit fait encore moins bien avec un recul de 52,4% depuis le début de l‘année après -3,75% en 2015.

Jean-Pierre Mustier a dit que la démission de Matteo Renzi et la perspective de nouvelles élections n‘auraient pas d‘influence sur une stratégie s‘inscrivant sur le long terme.

L‘ancien patron des activités de marché de Société générale a entrepris une revue stratégique qui n‘épargne aucun actif de la banque.

Le montant de l‘augmentation de capital devrait être à deux chiffres, de 10 à 13 milliards d‘euros, selon les sources.

Un appel au marché de plus de 10 milliards d‘euros serait bien accueilli par les autorités de supervision même si les principaux actionnaires pourraient être partiellement dilués, a précisé une des sources.

CRÉANCES DOUTEUSES

Jean-Pierre Mustier a d‘ores et déjà cédé une participation de 30% dans la filiale de banque en ligne FinecoBank et une nouvelle tranche de la filiale polonaise d‘UniCredit, Bank Pekao.

UniCredit négocie par ailleurs la vente de sa division de gestion d‘actifs Pioneer Investments au français Amundi .

La banque a annoncé le mois dernier avoir amélioré son ratio de solvabilité CET1 au troisième trimestre, à 10,82% fin septembre contre 10,33% fin juin, un résultat obtenu grâce aux cessions d‘actifs et qui a surpassé les estimations de nombreux analystes.

Le ratio risque toutefois de retomber avec la vente de créances douteuses à un prix inférieur à leur valeur comptable, d‘où le souhait de la banque d‘augmenter son capital.

La Banque centrale européenne (BCE) a fixé un seuil de capital minimum de 10% pour UniCredit cette année, avec une augmentation de 25 points de base chaque année pour atteindre 10,75% en 2019. (Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below