6 décembre 2016 / 11:37 / dans un an

LEAD 5-L'Etat italien se prépare à aider Monte dei Paschi-sources

(Actualisé avec niveau possible de la part de l‘Etat, §5)

par Stefano Bernabei et Giuseppe Fonte

MILAN/ROME, 6 décembre (Reuters) - Les autorités italiennes se préparent à l‘éventualité d‘un renflouement par l‘Etat de Banca Monte dei Paschi di Siena, a-t-on appris mardi de sources proches du dossier, alors que l‘espoir que la banque mène à bien son projet de recapitalisation en faisant appel au seul secteur privé semble s‘amenuiser.

L‘une des sources a déclaré qu‘un décret gouvernemental autorisant un plan d‘aide pourrait être publié dès ce week-end.

Selon deux sources informées du projet, le Trésor envisage d‘augmenter la participation de l‘Etat dans la banque en achetant des obligations subordonnées détenues par des investisseurs individuels pour les transformer en actions.

“Le gouvernement est prêt et mettra en oeuvre le projet si nécessaire”, a dit l‘une des sources.

L‘Etat est déjà le premier actionnaire de la banque avec 4% du capital. Sa part pourrait passer à jusqu‘à 40% avec le rachat de dette subordonnée, ce qui permettrait au Trésor de contrôler la banque et ses assemblées générales, selon les sources.

Monte dei Paschi, troisième banque d‘Italie, doit lever cinq milliards d‘euros d‘ici la fin de l‘année sous peine de liquidation mais la mise en oeuvre de ce projet est compliquée par la victoire du “non” au référendum constitutionnel de dimanche, après lequel le président du Conseil, Matteo Renzi, a annoncé son intention de démissionner.

Le départ du chef du gouvernement pourrait ouvrir la voie à la tenue d‘élections législatives anticipées dans quelques mois et cette incertitude politique risque de dissuader certains investisseurs.

Trois personnes proches du dossier ont déclaré à Reuters que l‘Etat devrait apporter des capitaux frais à Monte dei Paschi dans le cadre d‘une recapitalisation “préventive”, afin d‘à empêcher une faillite de la banque et de prévenir une contagion à l‘ensemble du secteur.

Une telle crise pourrait en effet déstabiliser le système financier italien, déjà fragilisé par 360 milliards d‘euros de créances douteuses.

Le Trésor et italien et Monte dei Paschi n‘étaient pas disponibles pour un commentaire dans l‘immédiat.

A Bruxelles, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a déclaré que la CE était “en contact étroit” avec les autorités italiennes au sujet des banques.

“Les autorités se sont préparées et sont prêtes à intervenir si et quand cela est nécessaire”, a-t-il ajouté.

L‘administrateur délégué de Monte dei Paschi devait s‘entretenir dans la journée avec des responsables de la Banque centrale européenne (BCE), selon plusieurs sources.

ROME VEUT PROTÉGER LES PETITS PORTEURS

Classée dernière des tests de résistance européens pratiqués l‘été dernier, la banque toscane comptait s‘assurer l‘engagement ferme d‘un ou plusieurs investisseurs stables et lancer une augmentation de capital dès mercredi ou jeudi.

Mais, de sources proches du dossier, on expliquait lundi que les banques chargées de l‘opération, emmenées par JPMorgan et Mediobanca, avaient de fait suspendu le projet en raison de l‘incertitude politique.

Leur mandat leur permet de renoncer à l‘augmentation de capital si les conditions de marché sont défavorables et une source a déclaré qu‘elles prendraient une décision d‘ici vendredi mais que la probabilité de voir l‘opération menée à bien était mince.

Monte dei Paschi espérait convaincre le fonds souverain du Qatar de lui apporter jusqu‘à un milliard d‘euros mais des banquiers proches du consortium chargé de l‘opération ont déclaré que le fonds et d‘autres investisseurs potentiels préféraient attendre de savoir quel gouvernement succéderait à celui de Matteo Renzi.

Ce dernier a annoncé dès dimanche soir qu‘il allait démissionner, tirant ainsi les conséquences de la défaite cinglante de son gouvernement au référendum constitutionnel. Mais le président Sergio Mattarella lui a demandé de rester en fonctions jusqu‘à l‘adoption du budget 2017 par le Parlement, ce qui pourrait intervenir dès mercredi.

Ce choix a retardé la formation d‘un nouveau gouvernement, ce qui rend d‘autant plus difficile la démarche de Monte dei Paschi et de ses banques.

Une recapitalisation par l‘Etat impliquerait forcément des pertes pour les actionnaires institutionnels porteurs de dette junior, conformément aux règles européennes en matière de résolution bancaire.

La banque toscane a déjà levé 1,029 milliard d‘euros en convertissant en actions une partie de sa dette subordonnée.

Rome souhaite en revanche que les quelque 40.000 actionnaires individuels qui détiennent pour environ deux milliards d‘euros d‘obligations junior émises par la banque ne soient pas sollicités en cas de renflouement.

A la Bourse de Milan, l‘action Monte dei Paschi a fini la journée en hausse de 1,18% à 18,90 euros; l‘indice des valeurs bancaires italiennes a quant à lui rebondi de près de 9%, porté entre autres par des rachats de couverture. (avec Paola Arosio; Juliette RouillonMarc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below