11 mai 2016 / 04:37 / dans 2 ans

LEAD 3-Brésil-Le sort de Dilma Rousseff entre les mains des sénateurs

* Le vote pourrait avoir lieu après minuit (03h00 GMT)

* En cas de vote positif, la présidente sera suspendue jeudi

* Elle sera remplacée par le vice-président Michel Temer (Change l‘heure probable du vote, ajoute précisions)

par Silvio Cascione et Marcela Ayres

BRASILIA, 11 mai (Reuters) - Les sénateurs brésiliens s‘apprêtaient mercredi à se prononcer pour ou contre l‘ouverture d‘un procès en destitution de la présidente Dilma Rousseff, accusée d‘avoir manipulé les comptes publics pour faciliter sa réélection en 2014.

Le vote pourrait avoir lieu après minuit (03h00 GMT). Chaque sénateur a la possibilité de s‘exprimer et la séance est retransmise en direct à la télévision.

La majorité simple de 41 sénateurs sur 81 suffit et si la destitution est approuvée comme prévu, elle prendra effet jeudi et le vice-président Michel Temer, membre du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), sera chargé d‘assurer l‘intérim.

Selon le sénateur Humberto Costa, membre du Parti des Travailleurs au pouvoir, Dilma Rousseff a l‘intention de dissoudre le gouvernement une fois sa destitution approuvée et a donné des instructions pour ne pas faciliter la transition, car elle considère sa destitution comme illégale.

Première femme élue à la tête de la première puissance économique d‘Amérique latine, Dilma Rousseff, 68 ans, qui a dénoncé à de multiples reprises un “coup d‘Etat”, s‘est montrée combative jusqu‘au dernier moment.

Son gouvernement s‘est tourné vers la Cour suprême pour contester la procédure mais son recours a été rejeté mercredi.

Dans son bureau du Planalto, le palais présidentiel, ses conseillers ont rangé ses affaires et débarrassé les étagères.

Michel Temer devrait annoncer dès jeudi la composition de son gouvernement. L‘un de ses alliés, le sénateur Romero Juca, a déclaré que les nouveaux ministres prêteraient serment dans la journée. Henrique Meirelles, ancien président de la banque centrale, devrait être nommé aux Finances, selon la presse.

Si les sénateurs décident mercredi d‘ouvrir un procès en destitution, qui pourra s‘étendre sur une période maximale de 180 jours, la majorité des deux tiers, soit 54 voix, sera nécessaire pour que Dilma Rousseff soit définitivement condamnée et sa destitution confirmée.

Dans cette hypothèse, Michel Temer assurera la présidence jusqu‘à la fin de son mandat, le 31 décembre 2018.

APPEL À LA GRÈVE

Le Brésil, qui doit accueillir les Jeux olympiques d‘été à Rio au mois d‘août, connaît sa récession la plus grave depuis les années 30. Il est aussi aux prises avec une vaste affaire de corruption impliquant la compagnie pétrolière nationale, Petrobras et qui a déjà conduit à la mise en cause de nombreux élus et hommes d‘affaires.

A l‘approche du vote au Sénat, les partisans de Rousseff ont commencé à se mobiliser. Ils ont brûlé des pneus et bloqué la circulation mardi autour de Sao Paulo, de Brasilia et d‘autres villes. Des heurts se sont produits avec la police.

Le Parti des travailleurs et plusieurs syndicats ont pour leur part appelé à une grève nationale.

Le vote de mercredi soir viendra couronner une semaine riche en rebondissements qui avait commencé lundi avec la décision annoncée par le nouveau président de la Chambre des députés, Waldir Maranhao, d‘annuler la décision de destitution de la présidente prise par les députés le 17 avril dernier. Il avait mis en avant un vice de procédure.

Certains l‘ayant accusé d‘avoir pris une décision illégale, Waldir Maranhao a retiré sa décision mardi.

Sans attendre ce revirement, Renan Calheiros, le président du Sénat, membre, comme le vice-président Temer, du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), avait annoncé que le vote prévu mercredi à la chambre haute serait maintenu, accusant Maranhao de “jouer avec la démocratie”.

Sur les marchés financiers, qui voient d‘un bon oeil la perspective d‘un départ de Dilma Rousseff et son remplacement par Michel Temer, un libéral, le real poursuivait son rebond mercredi face au dollar tandis que la Bourse de Sao Paulo prenait 0,36% après un gain de 3,8% la veille.

Avec Brad Brooks, Anthony Boadle et Lisandra Paraguassy; Eric Faye, Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below