20 septembre 2015 / 12:25 / il y a 2 ans

Fed-Divergences internes sur les variables à privilégier

par Howard Schneider et Jonathan Spicer

NASHVILLE, Tennessee, 20 septembre (Reuters) - Les responsables de la Réserve fédérale sont loin d‘avoir une vision uniforme des répercussions des problèmes de l‘économie mondiale sur les Etats-Unis et leurs divergences en la matière ne faciliteront pas la tâche de la présidente Janet Yellen en un moment où elle doit prendre une décision cruciale.

Même si la décision arrêtée jeudi dernier de repousser une remontée des taux directeurs a été prise à la quasi-unanimité, une seule voix ayant fait dissonance, le président de la Fed de Saint-Louis James Bullard a évoqué une réunion très tendue.

Au terme de cette dernière, le Comité de politique monétaire (Fomc) avait jugé qu‘il fallait, en préalable à toute remontée des taux d‘intérêt, jauger les répercussions sur l‘économie amériaine d‘une demande mondiale anémiée, d‘un éventuel tassement des indicateurs d‘inflation et de la volatilité récente des marchés.

Bullard, qui n‘a pas de droit de vote cette année au sein du Fomc, a dit qu‘à l‘exemple de son homologue Jeffrey Lacker, président de la Fed de Richmond, il aurait fait dissidence, estimant que l‘institut d‘émission accorde trop d‘importance aux récentes fluctuations des marchés financiers.

Les marchés ont subi un coup de blues estival en raison du ralentissement de l‘économie chinoise et d‘une croissance mondiale sans vigueur et les responsables de la Fed en sont à se demander s‘il ne s‘agit là que d‘une correction ponctuelle ou de signes précurseurs de problèmes fondamentaux à venir.

“Les marchés vont et viennent, parfois brutalement; la politique monétaire doit être plus stable que ça”, a déclaré Bullard samedi, ajoutant qu‘à son avis la Fed n‘avait pas fourni de “réponse satisfaisante” à la question de savoir pourquoi les taux devaient rester proches de zéro.

L‘économie est proche du plein emploi et il est pratiquement certain que l‘inflation va monter; de ce fait, le maintien des taux à un niveau proche de zéro depuis près de sept ans tient de l‘anachronisme économique, a poursuivi le président de la Fed de Saint-Louis.

Lacker juge de son côté que les taux actuels “ne sont sûrement pas adaptés à une économie dont la croissance de la consommation est constante et dont le marché de l‘emploi ne cesse de se tendre”.

Mais pour l‘heure, la Fed dans l‘ensemble a un autre souci, à savoir qu‘un contexte économique mondial déprimé ne vienne changer la donne aux Etats-Unis. Certains de ses responsables, et en particulier la présidente Yellen, jugent inquiétant le recul des indicateurs des anticipations inflationnistes, s‘il traduit bien un manque de confiance envers l‘économie.

L‘idée que les entreprises et les ménages se font de l‘évolution de l‘inflation jouerait, pense-t-on, un rôle important dans la situation présente de cette même inflation et par contrecoup dans les décisions portant sur l‘épargne, l‘investissement et la consommation.

Pour John Williams, président de la Fed de San Francisco, il importe d‘être prudent et il a laissé entendre samedi que lui-même et d‘autres voulaient à présent plus d‘éléments tangibles avant tout relèvement des taux d‘intérêt.

Williams pense toujours que les taux remonteront cette année, l‘impact “désinflationniste” des bas prix pétroliers et d‘autres influences extérieures allant en s‘atténuant, tandis que l‘économie américaine elle poursuit sa croissance.

Pour autant, “y voir plus clair dans la situation réelle de l‘économie mondiale, et dans la manière dont cela influe sur l‘économie américaine (...) voilà tout ce que je suis de près”, a dit Williams à la presse samedi, lorsqu‘on l‘a interrogé sur une éventuelle hausse des taux en octobre.

Williams, qui a le droit de vote cette année, s‘est refusé à dire s‘il considérait octobre ou décembre comme le meilleur moment pour lancer le cycle de resserrement monétaire.

La Fed tiendra à nouveau réunion en octobre puis en décembre. Treize responsables de la Fed sur 17 ont dit récemment qu‘ils comptaient toujours sur une hausse des taux cette année. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below