16 juillet 2015 / 08:19 / dans 2 ans

LEAD 1-Les tarifs d'EDF augmenteront de 2,5% le 1er août, annonce Royal

* La CRE estimait que la hausse devait atteindre 3,5% à 8,0%

* Pour EDF, un manque à gagner lié aux retards estimé à 2,1 mds

* Les alternatifs critiquent la non-couverture des coûts (Actualisé avec réaction de l‘Anode)

PARIS, 16 juillet (Reuters) - Les tarifs de l‘électricité en France augmenteront de 2,5% en moyenne le 1er août, a annoncé jeudi la ministre de l‘Ecologie et de l‘Energie, Ségolène Royal.

Cette annonce intervient après un rapport de la Commission de régulation de l‘énergie (CRE) estimant que la hausse des tarifs d‘EDF pour les ménages et les petits professionnels devait être comprise entre 3,5% et 8,0% le 1er août pour compenser l‘insuffisance des augmentations survenues depuis 2012.

“Je vais leur répondre ‘non’”, a déclaré jeudi Ségolène Royal, interrogée sur ce rapport lors d‘un entretien accordé à BFM TV et RMC.

“L‘augmentation sera de 2,5% (au 1er août prochain), pour certains consommateurs ce sera zéro, et notamment pour toutes les consommations des artisans, des commerçants, des petites entreprises”, a-t-elle précisé.

Les interventions des pouvoirs publics pour bloquer ou limiter les hausses se sont multipliées ces dernières années, de même que les recours juridiques des rivaux d‘EDF, qui réclament à l‘inverse des augmentations de tarifs garantissant la couverture des coûts de l‘opérateur historique afin de pouvoir le concurrencer.

La CRE a estimé à 2,1 milliards d‘euros environ le manque à gagner pour EDF dû à des hausses insuffisantes ou des gels de tarifs survenus en 2012, 2013 et 2014.

Trois recours contre des décisions tarifaires ont été déposés en 2014 devant le Conseil d‘Etat par l‘Anode, l‘association des opérateurs alternatifs (Direct Energie et Eni notamment).

“Il y a un effort de fait, c‘est le verre à moitié plein”, a déclaré jeudi à Reuters Fabien Choné, le président de l‘Anode, en réaction à l‘annonce d‘une hausse de 2,5% le 1er août.

“Le verre à moitié vide n‘est pas une surprise : à force de ne pas augmenter suffisamment les tarifs, on accumule des retards colossaux et on reporte sur les générations futures les charges d‘aujourd‘hui”, a-t-il toutefois ajouté.

L‘Anode continue ainsi de s‘opposer au nouveau mode de calcul qui ne permet pas de couvrir les coûts d‘EDF et de développer la concurrence, a ajouté Fabien Choné, sans se prononcer à ce stade sur un éventuel nouveau recours contre la hausse annoncée pour le 1er août.

Vers 10h05, l‘action EDF gagnait 0,63% à 21,565 euros, sous-performant légèrement l‘indice CAC 40 (+1%). (Chine Labbé et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below