17 avril 2015 / 06:54 / dans 3 ans

LEAD 2-Nestlé confirme le redressement du secteur agroalimentaire

* Le groupe suisse publie des ventes meilleures que prévu

* Unilever et Danone ont déjà battu le consensus

* Croissance organique de 4,4% (Actualisé avec éléments d‘analyse, contexte, cours de Bourse)

par Martinne Geller

LONDRES, 17 avril (Reuters) - Nestlé est venu renforcer l‘impression selon laquelle le secteur agroalimentaire européen était en train d‘oublier ses déboires de 2014 en publiant à son tour vendredi un chiffre d‘affaires supérieur aux attentes au premier trimestre.

Le secteur a souffert l‘an dernier du ralentissement de plusieurs économies, notamment de marchés autrefois porteurs comme le Brésil et la Chine.

L‘environnement demeure difficile, soulignent néanmoins les entreprises, en évoquant la volatilité des changes et des cours des matières premières ainsi que les pressions sur la demande. Elles perçoivent néanmoins des signes de redressement.

“Encore une publication de chiffre d‘affaires d‘une entreprise agroalimentaire européenne au premier trimestre, encore un résultat supérieur au consensus (...) cela fait désormais trois en trois jours”, ont réagi les analystes de Bernstein, en allusion aux résultats d‘Unilever et de Danone, dont les actions ont en conséquence atteint des records.

Le titre Nestlé était cependant en léger recul vendredi en début d‘après-midi à la Bourse de Zurich après avoir déjà progressé cette semaine dans le sillage de ses concurrents.

Les analystes de Bernstein soulignent en outre que les résultats du numéro un mondial du secteur ont été “légèrement moins convaincants” avec “aussi quelques inquiétudes et motifs de déception”.

OBJECTIF DE CROISSANCE CONFIRMÉ

Le groupe suisse, propriétaire entre autres des marques KitKat, Gerber et Perrier, a annoncé une croissance organique de 4,4% alors que les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé 4,3%.

Les hausses de prix ont contribué pour 2,5 points de pourcentage à cette croissance. Nestlé a notamment évoqué des hausses de prix en Amérique latine et dans deux pays d‘Europe de l‘Est tout en jugeant que les pressions déflationnistes constatées ces derniers trimestres en Europe s‘étaient “très légèrement” apaisées.

En volume, les ventes ont progressé de 1,9%, soit moins que la hausse de 2,17% attendue par les analystes.

Les volumes ont notamment baissé sur le continent américain, où Nestlé tente d‘enrayer le recul des ventes de ses produits surgelés avec de nouvelles recettes, de nouveaux conditionnements et des campagnes publicitaires.

Sur une base organique, les ventes ont augmenté de 2,5% sur les marchés développés et de 6,7% sur les marchés émergents.

Globalement, le chiffre d‘affaires du premier trimestre a progressé de 0,5% à 20,9 milliards de francs suisses (19,4 milliards d‘euros). Les variations de change, notamment l‘envolée du franc suisse, l‘ont grevé de 4,5%.

En février, Nestlé avait dit anticiper pour 2015 une croissance organique de l‘ordre de 5%, niveau qui correspond au bas de sa fourchette d‘objectifs, allant de 5% à 6%, fixée pour le long terme.

Vendredi, le groupe a réaffirmé cet objectif tout en disant une nouvelle fois prévoir une amélioration des marges, du bénéfice récurrent par action à taux de change constants et de la rentabilité du capital. (Juliette Rouillon, Benoît Van Overstraeten et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below