18 février 2014 / 10:24 / il y a 4 ans

Recul inattendu du moral des investisseurs allemands

L'INDICE ZEW EN ALLEMAGNE

par Sakari Suoninen et Eva Taylor

MANNHEIM, Allemagne (Reuters) - L'indice ZEW du sentiment des investisseurs et analystes allemands a baissé en février, reflétant des incertitudes sur la reprise économique aux Etats-Unis et sur les perspectives des marchés émergents à moyen terme, selon l'enquête mensuelle publiée mardi par l'institut de recherche ZEW.

L'indice ZEW a reculé à 55,7 contre 61,7 en janvier, revenant à son plus bas niveau depuis novembre alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une stabilité.

Mais le président et directeur des recherches économiques au ZEW (Zentrum für Europäische Wirtschaftsforschung), Clement Fuest, a invité à ne pas "surinterpréter" la baisse en notant que la plupart des investisseurs et analystes sondés restaient optimistes.

Christian Schulz, économiste chez Berenberg Bank, partage cet avis. "L'indice ZEW permet en général de bien prédire les changements de cycle mais sa dernière baisse ne montre pas encore de changement de trajectoire économique, les facteurs négatifs devraient rester temporaires", déclare-t-il.

Parmi ces facteurs d'incertitude, le ZEW a cité les récentes statistiques sur le marché du travail aux Etats-Unis et les craintes de ralentissement de la croissance en Chine, mais aussi la décision de la cour constitutionnelle de Karlsruhe de renvoyer à la Cour européenne de justice la décision sur la légalité du programme OMT - jamais activé - de rachat d'obligations souveraines de la Banque centrale européenne.

La perception des conditions actuelles est en revanche restée un point positif avec un sous-indice qui a bondi à 50,0 contre 41,2 en janvier, dépassant nettement le consensus qui était à 44.

D'autres enquêtes d'opinion ont dépeint également un regain d'optimisme en Allemagne, avec le moral des ménages à son plus haut depuis six ans et une hausse de la confiance des entreprises.

Mais certains économistes s'inquiètent que ces indicateurs de sentiment ne soient pas suivis de statistiques "dures" positives, en notant notamment que les exportations, la production industrielle et les commandes à l'industrie ont toutes reculé en décembre.

Le gouvernement allemand prévoit une accélération de la croissance à 1,8% en 2014, sous l'effet notamment d'une hausse de la demande intérieure.

L'étude de l'institut ZEW montre aussi que les investisseurs sont plus optimistes s'agissant des perspectives dans l'ensemble de la zone euro.

L'enquête de ce mois-ci a été réalisée auprès de 251 analystes et investisseurs interrogés entre le 3 et le 17 février.

Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below