14 février 2014 / 15:58 / il y a 4 ans

BPI France souhaite investir 1 milliard dans une ETI, un groupe

Le directeur général de la banque publique d'investissement BPI France, Nicolas Dufourcq (à gauche), avec le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, et le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, Jean-Pierre Jouyet. La BPI souhaite investir un milliard d'euros dans un grand groupe ou une entreprise de taille intermédiaire. /Photo prise le 14 février 2014/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - La banque publique d'investissement BPI France souhaite investir un milliard d'euros dans un grand groupe ou une entreprise de taille intermédiaire, a déclaré vendredi son directeur général, en précisant qu'une telle possibilité pouvait ne pas se présenter dès cette année.

Une opération de ce type s'intégrerait dans l'enveloppe de un à deux milliards d'euros que BPI France dit pouvoir injecter en fonds propres dans l'économie française chaque année.

"Nous souhaitons faire un milliard d'euros d'investissement dans une opération majeure" dans une entreprise de taille intermédiaire ou un grand groupe, a dit Nicolas Dufourcq en présentant le bilan 2013 de la banque.

Au total, "on peut injecter dans l'économie française chaque année entre un et deux milliards d'euros", a-t-il déclaré. "On va essayer de faire le maximum. Tout dépend de notre capacité à convaincre les entrepreneurs d'ouvrir leur capital."

Interrogé sur Euronext, qui doit sortir du périmètre du New York Stock Exchange et pour lequel le gouvernement espère mobiliser des investisseurs français, Nicolas Dufourcq a déclaré que BPI France regarderait le dossier.

"Est-ce que c'est la Caisse des dépôts et consignations qui investira dans Euronext, ou nous, ou personne ? Cela reste à voir", a-t-il ajouté.

A côté des investissements directs, les prêts et garanties apportées par BPI France aux entreprises françaises doivent aider ces dernières à se développer. L'objectif de la banque est de rencontrer 75.000 entreprises cette année.

"PRINTEMPS DE L'INVESTISSEMENT"

"L'année 2014 doit être le printemps de l'investissement français. On ne peut pas continuer à reporter le rebond de l'investissement à plus tard, en attendant qu'il y ait plus de visibilité", a déclaré Nicolas Dufourcq, saluant le coup d'arrêt à la chute de l'investissement constaté fin 2013.

Selon les chiffres de la croissance publiés vendredi par l'Insee, l'investissement a progressé au quatrième trimestre pour la première fois depuis fin 2011, contribuant à une hausse du PIB de la France de 0,3% sur le trimestre.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a abondé dans le même sens. "Le défi pour notre croissance aujourd'hui, c'est l'investissement", a-t-il dit.

Quant à de possibles grandes opérations, BPI France "a toujours un rôle à jouer dans les grandes entreprises afin de contribuer à la stabilisation de leur actionnariat", a déclaré Pierre Moscovici.

La nouvelle doctrine d'investissement de l'Etat, précisée mi-janvier, doit permettre de mieux articuler l'action de BPI France dans ce domaine avec celle de l'Agence des participations de l'Etat, a-t-il souligné.

L'an dernier, BPI France a indiqué avoir investi en direct 121 millions d'euros dans les PME ainsi que 367 millions d'euros dans les entreprises de taille intermédiaire et dans les grandes entreprises.

Jean-Baptiste Vey, avec Matthieu Protard, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below