12 février 2014 / 07:28 / il y a 4 ans

La Chambre relève le plafond de la dette américaine

par David Lawder et Richard Cowan

Le Capitole, siège du Congrès, à Washington. La Chambre des représentants, où le Parti républicain est majoritaire, a voté mardi par 221 voix contre 201 en faveur du relèvement pour un an du plafond de la dette américaine. Le vote marque une rupture nette avec la voie de la confrontation suivie depuis trois ans par les républicains, qui a conduit en octobre à 16 jours de paralysie partielle des services publics. /Photo prise le 28 janvier 2014/REUTERS/Jim Bourg

WASHINGTON (Reuters) - La Chambre des représentants, où le Parti républicain est majoritaire, a voté mardi en faveur du relèvement pour un an du plafond de la dette américaine.

Le texte a été adopté par 221 voix contre 201, la Chambre a adopté ce texte conformément à la demande exprimée par Barack Obama de ne pas y attacher de condition particulière. Le vote marque une rupture nette avec la voie de la confrontation suivie depuis trois ans par les républicains, qui a conduit en octobre à 16 jours de paralysie partielle des services publics.

Le Grand Old Party avait auparavant rejeté les projets de John Boehner, son chef de file à la Chambre, qui proposait de lier le relèvement du plafond de la dette au rejet d‘une réduction des retraites militaires.

La Maison blanche a salué “un pas positif à l‘opposé de l‘affrontement politique qui représente un poids inutile pour notre économie”.

En l‘absence d‘accord, l‘Etat fédéral aurait pu être contraint à un défaut historique susceptible de semer le chaos sur les places financières et d‘entraîner à nouveau l‘arrêt d‘une grande partie des activités de l‘Etat.

Les républicains de la Chambre vont désormais pouvoir se concentrer sur leur cible favorite: le détricotage de la réforme de la santé, grand‘oeuvre de Barack Obama qu‘ils ont à de multiples reprises tenté de faire abroger et dont ils ont décidé de faire leur thème de campagne principal pour les élections de mi-mandat, en novembre.

Le relèvement du plafond de la dette à 17.200 milliards de dollars (12.612 milliards d‘euros) a été approuvé par 193 démocrates et 28 républicains.

“UN SOUCI MINEUR”

Le Sénat, où le parti présidentiel est majoritaire, pourrait entamer l‘examen du texte dès mercredi. Le sénateur Ted Cruz, membre du Tea Party - aile droite du Parti républicain -, a annoncé mardi soir qu‘il ferait le nécessaire pour que le vote ait lieu à la majorité qualifiée de 60 voix.

Dans ce cas, il devra recueillir les suffrages de cinq élus conservateurs en plus de ceux des démocrates, qui occupent 55 des 100 sièges du Sénat.

Pour le républicain John Cornyn, chargé de faire respecter les consignes de vote, ces cinq voix ne seront “probablement pas” trouvables. Dick Rubin, numéro deux du groupe démocrate à la chambre haute, s‘est dit convaincu du contraire.

Le vote de la Chambre des représentants n‘a suscité qu‘une modeste réaction à Wall Street, où l‘attention des investisseurs était focalisée sur l‘audience parlementaire de Janet Yellen, nouvelle présidente de la Réserve fédérale.

“La crainte qu‘il n‘y ait pas d‘accord était un souci mineur. Ce n‘est pas un grand plus, mais je suis content que ce soit fait”, a résumé John Manley, “equity Strategist” chez Wells Fargo Funds Management.

Avec Susan Cornwell, Thomas Ferraro et Rodrigo Campos; Nicolas Delame et Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below