2 janvier 2014 / 20:21 / il y a 4 ans

L'excédent commercial du Brésil a chuté de 87% en 2013

BRASILIA (Reuters) - L‘excédent commercial du Brésil a fondu de 87% en 2013, à 2,561 milliards de dollars (1,9 milliard d‘euros environ), reflétant la baisse des prix des matières premières, la hausse des importations d‘énergie et une moindre compétitivité des produits industriels brésilien.

L'excédent commercial du Brésil a fondu de 87% en 2013, à 2,561 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros environ), reflétant la baisse des prix des matières premières, la hausse des importations d'énergie et une moindre compétitivité des produits industriels brésilien. Ce chiffre est le plus faible enregistré depuis 2000 et il se compare à un excédent de 19,396 milliards en 2012. /Photo prise le 22 février 2013/REUTERS/Paulo Whitaker

Le chiffre publié jeudi par le ministère du Commerce est le plus faible enregistré depuis 2000 et il se compare à un excédent de 19,396 milliards en 2012.

Pour le seul mois de décembre, la première économie d‘Amérique latine a enregistré un excédent commercial de 2,564 milliards de dollars, supérieur à la médiane des estimations de six analystes recueillies par Reuters, qui ressortait à 1,35 milliard. Ce chiffre est cependant en trompe-l‘oeil puisque dû en grande partie à la vente d‘une plate-forme pétrolière par la compagnie publique Petrobras à une de ses filiales à l‘étranger.

La détérioration de la balance commerciale brésilienne est inquiétante pour le pays, d‘autant qu‘elle contribue à affaiblir la devise locale, le réal, puisqu‘il y a moins d‘entrées de dollars. Cela pourrait accroître les pressions inflationnistes dans la mesure où les importations sont plus chères.

Sur l‘ensemble de 2013, les importations ont augmenté de 6,5% à 239,6 milliards de dollars, un record, alors que les exportations ont diminué de 1% à 242,2 milliards.

Malgré des subventions généreuses du gouvernement de la présidente Dilma Roussef, les exportateurs de produits finis brésiliens peinent à rester compétitifs du fait des charges fiscales qui pèsent sur eux, de coûts du travail élevés et d‘infrastructures défaillantes.

De leur côté les exportations de matières premières -qui représentent près de la moitié des exportations brésiliennes- ont pâti de la baisse des prix des produits de base. L‘indice Reuters/Jefferies CRB, qui mesure les prix des 19 matières premières (produits agricoles, énergie, métaux) les plus échangées dans le monde, a baissé de 5% l‘an dernier.

Les importations, à l‘inverse, sont restées soutenues en dépit de la dépréciation de 13% du réal face au dollar en 2013. Les importations de carburant ont augmenté de 13,8% en valeur et celles de biens intermédiaires de 5,8%. L‘appétit des Brésiliens pour les produits étrangers, dans l‘électronique ou l‘habillement par exemple, ne s‘est pas non plus démenti avec une hausse de 3,2% des importations de biens de consommation.

Leonardo Goy; Marc Angrand et Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below