18 décembre 2013 / 10:10 / dans 4 ans

Le climat des affaires poursuit son embellie en Allemagne

BERLIN (Reuters) - Le climat des affaires s‘est légèrement amélioré en Allemagne en décembre pour atteindre son meilleur niveau depuis avril 2012, signe que la croissance de la première économie européenne pourrait s‘accélérer l‘année prochaine, selon l‘indice publié mercredi par l‘institut Ifo.

L’INDICE IFO EN ALLEMAGNE

Son indicateur du climat des affaires, basé sur une enquête mensuelle auprès de 7.000 entreprises, a progressé à 109,5, en ligne avec le consensus, contre 109,3 en novembre.

La bonne tenue de l‘indice Ifo est en grande partie liée à un regain de confiance au sein des entreprises manufacturières et de construction, deux secteurs qui ont connu un début d‘année difficile, précise l‘Ifo.

D‘autres indicateurs allemands récemment publiés témoignent également d‘une embellie : l‘indice ZEW du sentiment des investisseurs publié mardi a atteint en décembre son plus haut niveau en sept ans et les premières estimations des enquêtes PMI menées par Markit auprès des directeurs d‘achat ont montré que le secteur privé a connu ce mois-ci un huitième mois consécutif de croissance.

Klaus Wohlrabe, économiste à l‘Ifo, a déclaré à Reuters que l‘économie allemande pourrait croître de 0,3% au quatrième trimestre avant une accélération à 0,5% sur les trois premiers mois de l‘année prochaine.

“L‘indice Ifo de décembre est cohérent avec d‘autres enquêtes et va dans le sens d‘une croissance stable mais non spectaculaire de l‘économie allemande”, estime pour sa part Jonathan Loynes, économiste chez Capital Economics.

Pour cette année, l‘institut Ifo table sur une croissance modeste de 0,4% avant une hausse de 1,9% en 2014.

“L‘économie allemande est bien positionnée mais il faudra attendre 2014 pour avoir une accélération”, a confirmé mercredi Klaus Wohlrabe lors d‘un entretien téléphonique avec Reuters.

La composante mesurant les conditions actuelles s‘affiche en légère baisse, à 111,6 à après 112,2 en novembre, tandis que celle des attentes est en hausse à 107,4 contre 106,4 (révisé). Les économistes attendaient respectivement 112,5 et 106,5 pour ces deux sous-indices.

Michelle Martin, Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below