12 décembre 2013 / 21:35 / il y a 4 ans

Wall Street finit en recul, incertitudes autour de la Fed

par Chuck Mikolajczak

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a perdu du terrain jeudi, pour la quatrième séance d‘affilée, dans l‘incertitude sur le calendrier de réduction du rythme des achats d‘actifs de la Réserve fédérale américaine.

La crainte que la Fed ne commence rapidement à limiter ses injections de liquidités - peut-être dès sa prochaine réunion des 17 et 18 décembre - pèse sur la tendance depuis plusieurs jours et a entraîné mercredi le plus net recul des indices en un mois, après la signature d‘un accord budgétaire au Congrès.

Un compromis budgétaire provisoire a été conclu mardi au Congrès américain pour une période de deux ans afin d‘éviter une nouvelle fermeture des administrations gouvernementales le 15 janvier et de fixer le niveau des dépenses fédérales jusqu‘au 1er octobre 2015.

Tandis que cet accord lève une partie des incertitudes sur l‘avenir, certains intervenants estiment qu‘il pourrait inciter la Fed à réduire rapidement ses injections de liquidités dans le système, actuellement à 85 milliards de dollars par mois.

L‘indice Dow Jones a cédé 104,10 points, soit 0,66%, à 15.739,43. Le S&P-500, plus large, a perdu 6,72 points, soit une baisse de 0,38%, à 1.775,50 et le Nasdaq Composite a reculé de 5,410 points (-0,14%) à 3.998,403 points.

“Il se peut que nous soyons en phase de légère correction. Tout en sachant que la Fed finira par réduire ses achats d‘actifs, la question est de savoir de combien et quel en sera l‘impact sur les taux d‘intérêt, etc. Les investisseurs craignent que tout cela ait lieu dès la réunion (du comité de politique monétaire la Fed) la semaine prochaine”, dit Tim Ghriskey, stratégies chez Solaris Asset Management.

Les indicateurs de conjoncture publiés dans la journée peuvent faire pencher la Fed dans les deux sens, avec d‘un côté une hausse plus forte que prévu des ventes de détail en novembre et de l‘autre une augmentation sensible des inscriptions au chômage la semaine dernière.

Aux valeurs, Facebook a progressé de 4,96% après l‘annonce par Standard & Poor’s que le site de réseau social intégrerait le S&P-500 après la clôture du 20 décembre.

Le marché a été animé par des introductions en Bourse, notamment le retour du groupe hôtelier Hilton, qui a bondi de 7,5% pour son premier jour de cotation.

L‘action GM a cédé 0,27% après avoir annoncé la cession de la totalité de sa participation de 7% dans le capital de PSA Peugeot Citroën (-7,61% à Paris). L‘américain, qui était entré au capital de PSA en mars 2012 pour soutenir le groupe français en difficulté, n‘a pas souhaité être dilué ni participer à l‘augmentation de capital à venir.

Pour l‘an prochain, les marchés d‘actions américains devraient démarrer sur une forte correction, la plus nette depuis plusieurs mois, qui interviendra lorsque la Réserve fédérale commencera à réduire ses achats d‘actifs, selon les résultats d‘une enquête Reuters.

Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below