14 novembre 2013 / 17:28 / dans 4 ans

La scission de Vivendi en bonne voie pour l'été 2014

Vivendi fait état d'un résultat d'exploitation ajusté en net repli au troisième trimestre en dépit d'une stabilisation de son chiffre d'affaires, toujours pénalisé par les difficultés de sa filiale télécoms SFR. Le conglomérat affiche un Ebita de 730 millions d'euros, en chute de 23,0%, tandis que son chiffre d'affaires est ressorti stable à 5,348 milliards, en hausse de 0,2%. /Photo prise le 29 août 2013/REUTERS/Christian Hartmann

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Vivendi a déclaré jeudi que le projet de scission de sa principale division, l‘opérateur SFR, était en bonne voie, aucun obstacle majeur ne semblant susceptible de faire blocage à l‘opération programmée pour la fin du premier semestre 2014.

Le groupe de télécoms et de divertissement a par ailleurs confirmé les perspectives de l‘ensemble de ses unités pour l‘exercice en cours après avoir fait état de résultats conformes aux attentes au troisième trimestre.

Le conglomérat a engagé depuis l‘an dernier une refonte de son portefeuille d‘activités pour se recentrer sur les actifs de médias en vue de réduire son endettement et redresser le cours de son action en Bourse.

Le processus s‘est accéléré récemment avec les cessions de participations dans l‘éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard et l‘opérateur Maroc Telecom, et le groupe travaille à présent à une scission de SFR, sa principale division en termes de chiffre d‘affaires et son principal pourvoyeur de cash.

“Nous avons passé en revue tous les aspects et (...) nous n‘avons pas identifié d‘obstacle majeur. Compte tenu du temps que nous avons et de ce que nous avons déjà mis en oeuvre, nous avons bon espoir de pouvoir y arriver dans les temps”, a déclaré le directeur financier Philippe Capron.

“Cela ne veut pas dire que cela sera facile. Il s‘agit d‘un projet très complexe”, a-t-il ajouté lors d‘une conférence téléphonique.

L‘un des principaux défis du projet consiste à répartir le montant de la dette de Vivendi - 7,2 milliards d‘euros, une fois déduits le produit des cessions des participations - entre le futur pôle médias et SFR.

Cette répartition sera décidée une fois bouclée la vente de Maroc Telecom au groupe Etisalat programmée pour début 2014, une échéance qui déterminera également l‘annonce de la somme qui sera redistribuée aux actionnaires, a précisé Philippe Capron, qui doit quitter Vivendi en janvier pour rejoindre le groupe Veolia Environnement.

PERSPECTIVES CONFIRMÉES

Philippe Capron n‘a pas fait de commentaire sur la désignation de son successeur, indiquant seulement que “Vivendi n‘était pas en mesure de faire une annonce pour le moment”.

Outre un nouveau directeur financier, Vivendi est également en quête d‘une nouvelle équipe de direction pour son futur pôle médias qui réunira le groupe de télévision payante Canal+, le label Universal Music et l‘opérateur brésilien GVT.

L‘avenir de l‘opérateur fixe, que Vivendi avait cherché à céder l‘an dernier, sera décidé par cette nouvelle équipe, a indiqué Philippe Capron, précisant qu‘une cession n‘était pas à l‘ordre du jour.

Vivendi a souffert une nouvelle fois au troisième trimestre des difficultés de SFR, qui a vu son résultat opérationnel ajusté reculer de 37,8% sur la période.

Le deuxième opérateur de téléphonie mobile devrait toucher un point bas l‘an prochain avant de renouer avec la croissance de son Ebitda en 2015, a indiqué Philippe Capron.

Universal a quant à lui brillé au troisième trimestre, affichant une hausse de 36,6% de son résultat opérationnel, les premières synergies avec EMI commençant à porter leurs fruits.

Au global, Vivendi a fait état d‘un Ebita de 730 millions d‘euros au troisième trimestre, soit une chute de 23,0%, tandis que son chiffre d‘affaires est ressorti stable (+0,2%) à 5,348 milliards. Le résultat net ajusté a été de 403 millions (-14,8%).

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d‘affaires de 5,31 milliards, un Ebita de 707 millions et un résultat net ajusté de 390 millions, selon un consensus Reuters établi à partir des estimations de cinq analystes.

En Bourse avant la publication des résultats, l‘action Vivendi a clôturé la séance à 18,23 euros (+0,5%), donnant une capitalisation boursière de 24,4 milliards d‘euros.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below