23 octobre 2013 / 06:12 / dans 4 ans

PSA réexamine un autre projet commun avec GM

par Gilles Guillaume

La coopération de PSA Peugeot Citroën avec General Motors pourrait encore être revue à la baisse. Selon PSA, qui a enregistré un nouveau recul de ses ventes au troisième trimestre, le projet d'une plate-forme avec le constructeur américain dans les voitures à faible émission de CO2 fait l'objet d'un "réexamen". /Photo d'archives/REUTERS

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a fait savoir mercredi que sa coopération avec General Motors pourrait encore être revue à la baisse, cette fois dans un programme de petites voitures pourtant susceptible d‘accélérer l‘internationalisation du groupe français.

PSA, qui a annoncé un nouveau recul de ses ventes au troisième trimestre, a précisé que le projet d‘une plate-forme avec GM dans les voitures à faible émission de CO2 faisait l‘objet d‘un “réexamen”. Un porte-parole du groupe a expliqué qu‘après étude, “le modèle économique n‘est pas là”.

De l‘alliance lancée en février 2012, seuls deux programmes communs de véhicules restent donc d‘actualité (crossovers et monospaces), auxquels s‘ajoute une coentreprise dans les achats en Europe. Mais PSA et GM ont aussi abandonné de nombreuses pistes prometteuses: une plate-forme de grande voiture, un travail commun sur le marché indien, une boîte de vitesses nouvelle génération et, maintenant, le segment de masse des petites voitures.

“Le segment B était absolument central pour les plans de l‘alliance”, commente Kristina Church, analyste automobile chez Barclays. “On dirait bien que GM n‘est plus trop impliqué dans l‘alliance avec Peugeot. Les liens ne sont plus aussi forts.”

PAS D‘IMPACT A COURT TERME SUR LES SYNERGIES

PSA a précisé que sa décision sur les petites voitures avec GM n‘aurait pas d‘impact à court terme sur les synergies attendues dans le cadre de son plan de redressement à horizon 2015, mais qu‘elle pourrait en revanche conduire à revoir à la baisse le montant des synergies à moyen terme, estimé à un milliard de dollars pour PSA.

GM s‘est refusé à tout commentaire.

Le directeur financier de PSA Jean-Baptiste de Chatillon a indiqué sans plus de précision que de nouveaux projets avec GM étaient en cours d‘analyse. Prié de dire si le réexamen des petites voitures avec GM était lié à la possibilité d‘un rapprochement avec le chinois Dongfeng, il a répondu par la négative.

Selon des sources interrogées récemment par Reuters, c‘est vers Dongfeng que PSA se tourne désormais pour accélérer son développement international. Selon ces sources, PSA envisage une augmentation de capital de trois milliards d‘euros qui verrait l‘Etat français et le constructeur chinois prendre chacun une participation.

“Nous étudions toujours les moyens d‘élargir notre partenariat (avec Dongfeng)”, a simplement déclaré Jean-Baptiste de Chatillon. “Nous travaillons par exemple sur des plans pour commencer à exporter des voitures de Chine vers d‘autres pays d‘Asie, donc nous sommes très satisfaits de cette collaboration qui s‘améliore avec notre partenaire Dongfeng.”

OBJECTIFS DE CONSOMMATION DE CASH CONFIRMÉS

A 14h, l‘action PSA gagne 3,56% à 10,77 euros. Le titre regagne 95% depuis le début de l‘année après une chute de 48% en 2012.

“Je pense que le marché réagit plus sur la capacité du groupe à survivre et les commentaires de Peugeot sur sa consommation de cash”, commente Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse. “Mais il reste malgré tout plusieurs points négatifs, en particulier la problématique de l‘alliance avec GM.”

Le groupe a confirmé ses objectifs de réduction de sa consommation de free cash flow opérationnel en 2013 et 2014 au vu de l‘avancement de son plan de restructuration en France, qui devrait prochainement être complété par un accord de compétitivité dont les gains sont estimés à 125 millions d‘euros d‘ici 2015.

Avec GM ou Dongfeng, PSA cherche à accélérer l‘internationalisation de ses ventes pour réduire sa dépendance au marché européen, où il a encore perdu du terrain au troisième trimestre et qui constituait encore 58% de ses ventes mondiales fin septembre.

Malgré des nouveautés comme les Peugeot 208 et 2008 et les Citroën DS3 Cabrio et C4 Picasso, la part de marché du groupe en Europe est tombée à 11,9% sur neuf mois. L‘an dernier, elle se situait à 12,7% et le groupe espérait jusqu‘à présent la ramener autour de 13% en 2013.

Jean-Baptiste de Chatillon a dit tabler sur un rebond au quatrième trimestre grâce à la montée en puissance du 2008, du C4 Picasso et de l‘arrivée de la Peugeot 308.

Les ventes de PSA en volume ont reculé de 10,9% sur neuf mois, tandis qu‘en Chine elles ont bondi de 28,5%. Au troisième trimestre, le chiffre d‘affaires du groupe a baissé de 3,7%, affecté également par l‘euro fort.

Avec Laurence Frost et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below