26 septembre 2013 / 10:28 / il y a 4 ans

La baisse du crédit en zone euro reste un souci pour la BCE

Les prêts aux ménages et aux entreprises de la zone euro ont encore diminué en août, attestant d'une reprise qui reste fragile et montrant que l'un des problèmes majeurs de la Banque centrale européenne reste à régler. /Photo prise le 2 septembre 2013/Kai Pfaffenbach

FRANCFORT (Reuters) - Les prêts aux ménages et aux entreprises de la zone euro ont encore diminué en août, attestant d'une reprise qui reste fragile et montrant que l'un des problèmes majeurs de la Banque centrale européenne (BCE) reste à régler.

La BCE est préoccupée par les difficultés qu'éprouvent les PME à accéder aux financements et a pris diverses initiatives pour relancer le crédit au profit de ces entreprises qui forment l'épine dorsale de l'économie de la zone euro.

Malgré tout, sa politique monétaire ultra-accommodante, avec un taux d'intervention proche de zéro, ne parvient pas à diffuser ses bienfaits également dans tous les secteurs de l'économie réelle.

Le président Mario Draghi déclarait lundi au Parlement européen que la principale raison de cette carence du crédit aux PME était que les intéressées elles-mêmes n'y faisaient pas appel, l'aversion au risque des banques étant également un facteur.

"La première raison pour laquelle les PME n'empruntent pas est fondamentalement le manque de clientèle et la deuxième raison est le manque d'offre de crédits bancaires", expliquait-il. "Ce que l'on appelle le taux de rendement du crédit ajusté du risque dans bon nombre de pays sous tension est tout simplement trop faible pour convaincre les banques de prêter aux PME".

Les données publiées jeudi ont montré que le crédit bancaire aux entreprises avait diminué de 12 milliards d'euros en août par rapport à juillet, après une contraction de 17 milliards ce dernier mois. Sur une base annuelle, ce crédit a diminué de 3,8%.

En Italie, ce type de crédit a baissé de 4,7% en août, par rapport à août 2012. En Espagne, la contraction est de 14,7%, sans équivalent ailleurs en zone euro.

Ces chiffres étayent le sentiment que la BCE continuera de conserver les taux bas pour le moment, selon Annalisa Piazza, analyste de Newedge Strategy. "Même si la BCE a dit clairement qu'elle ne pouvait pas faire grand chose pour stimuler le crédit aux entreprises, nous pensons que la situation actuelle du crédit sera l'un des principaux motifs appuyant les anticipations d'une période de générosité prolongée", dit-elle.

Globalement, le crédit au secteur privé s'est contracté de 2,0% par rapport à août 2012, ce qui est conforme aux prévisions des économistes interrogés par Reuters.

Dans le même temps, la masse monétaire M3 a crû au rythme annuel de 2,3% en août, contre 2,2% en juillet et un consensus donnant aussi 2,2%.

"Une croissance monétaire discrète en août ne fait que démontrer à son tour que les pressions inflationnistes restent très faibles dans la zone euro, donnant à la BCE toute latitude de baisser encore les taux d'intérêt si le besoin s'en faisait sentir", commente Howard Archer, économiste d'IHS Global Insight.

Encore qu'il soit peu probable, ajoute-t-il, que la BCE réduise les taux lors de sa réunion du 2 octobre.

Eva Taylor et Sakari Suoninen; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below