19 septembre 2013 / 16:32 / il y a 4 ans

Les Bourses européennes terminent en hausse

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi, au lendemain de l'annonce inattendue du maintien en l'état des rachats d'actifs de la Réserve fédérale des Etats-Unis, tandis que Wall Street fait une pause après avoir achevé la séance de la veille à des niveaux sans précédent.

La décision de la Fed a surpris des marchés qui s'attendaient à une réduction, même modeste, des rachats d'actifs de la banque centrale. Son président, Ben Bernanke n'a de plus pas voulu s'engager à diminuer les achats dans le courant de l'année, comme il l'avait laissé entendre précédemment.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,85% (+ 35,64 points) à 4.206,04 points. Le Footsie britannique a gagné 1,01%, le Dax allemand a pris 0,67%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,94% et que le FTSEurofirst 300 a progressé de 0,60% pour atteindre son plus haut niveau en cinq ans à 1.264,64 points.

Les valeurs de l'immobilier enregistrent la plus forte hausse sectorielle, avec une progression de 2,22% de leur indice, car la décision de la Fed rassure les investisseurs sur un secteur affecté ces derniers mois par les craintes d'un relèvement des taux d'intérêt et d'une politique moins accommodante de la banque centrale américaine.

En revanche, le secteur des assureurs pâtit de la volonté de la Fed de limiter la remontée des taux longs et son indice cède 0,59%. L'action Axa enregistre notamment l'une des plus fortes baisses du Cac 40, de 2,36% à 17,78 euros.

Aux Etats-Unis, Wall Street évolue peu, avec une baisse de 0,22% du Dow Jones et un recul de 0,14% du S&P-500, au lendemain des records de clôture enregistrés par les deux indices, après l'annonce du maintien des 85 milliards de dollars mensuels de rachats d'actifs de la Fed.

"Après le mouvement important d'hier, les gens se font à l'idée que le ralentissement est en suspens, et je n'attend pas d'évolution notable aujourd'hui", estime Ryan Detrick du cabinet Schaeffer's Investment Research. "Maintenant qu'un sujet d'inquiétude est éliminé, je pense que ce qui va provoquer un mouvement important des marchés, c'est la saison des résultats qui approche."

La décision de la Fed, qui avive l'appétit des investisseurs pour le risque, affaiblit nettement le yen, considéré comme une valeur refuge, qui perd du terrain face au dollar et à l'euro, tandis qu'elle provoque une baisse des rendements des obligations de la zone euro et une hausse des futures sur le Bund allemand.

Le cours du baril de Brent, et dans une moindre mesure celui du brut américain, baissent en réaction à des propos du président iranien Hassan Rohani qui a fait état de la volonté de Téhéran de ne faire la guerre à aucun pays et s'est ainsi distancé des appels de son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad à la destruction d'Israël.

Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below