28 août 2013 / 18:06 / il y a 4 ans

Eiffage maintient son objectif, gel des discussions avec l'Etat

Pierre Berger, PDG d'Eiffage. Le groupe de BTP et de concessions a confirmé mercredi ses objectifs annuels après un premier semestre marqué par une reprise du trafic autoroutier et une hausse de 13,7% du résultat net. /Photo d'archives/Philippe Wojazer

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Eiffage a confirmé mercredi ses objectifs annuels après un premier semestre marqué par une reprise du trafic autoroutier et une hausse de 13,7% du résultat net.

Le groupe de BTP et de concessions, qui a également annoncé que les discussions avec l'Etat sur le plan de relance autoroutier de 3,7 milliards d'euros avaient été gelées, vise toujours un chiffre d'affaires 2013 en légère progression à 14,2 milliards d'euros, contre 14 milliards en 2012, ainsi qu'une hausse de ses résultats financiers annuels.

"La reprise du trafic sur les autoroutes, le bon déroulement des grands projets en cours et les efforts menés dans l'amélioration de la productivité des chantiers doivent permettre une progression des résultats en 2013", a indiqué dans un communiqué le groupe, qui exploite notamment le réseau Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR).

Dans une présentation pour les analystes postée sur son site internet, Eiffage a précisé qu'il s'attendait à une nouvelle croissance à la fois de son bénéfice opérationnel et de son bénéfice net sur l'ensemble de l'exercice.

Le résultat opérationnel courant a progressé de 3,8% sur les six premiers mois de l'année, donnant une marge opérationnelle de 7,9% contre 7,5% un an plus tôt.

En revanche, l'endettement net, hérité de la privatisation des autoroutes françaises en 2006, s'est alourdi à 13,2 milliards d'euros, contre 12,9 milliards à la fin du premier semestre 2012, conséquence d'échéances significatives de paiement des intérêts de la dette et des impôts, plus lourdes sur les six derniers mois que l'an passé à la même époque.

Eiffage, qui a lancé les travaux du chantier géant de la LGV Bretagne-Pays de la Loire, s'est déclaré confiant pour les prochains mois avec notamment la perspective de l'attribution d'un premier milliard d'euros environ de marchés dans le cadre du Grand Paris d'ici la fin de l'année.

En revanche, il a déploré que les discussions avec l'Etat sur les investissements autoroutiers, engagées fin 2012, aient été suspendues sans qu'un accord ait été trouvé.

"Aujourd'hui, il n'y a plus, il n'y a pas de négociations, elles ont été gelées", a déclaré Pierre Berger, PDG d'Eiffage, au cours d'une conférence avec les analystes.

"Avant le début de l'été, nous pensions être proches d'un accord (...) Je ne désespère pas néanmoins, même si le processus est très très long (...) que nous arrivions à un accord finalement."

Le groupe compte sur ces investissements, financés moyennant un allongement de la durée des concessions, pour prendre le relais des grands chantiers de TGV après 2014.

Avant cette publication, l'action Eiffage a clôturé à 41,77 euros (-0,17%). Depuis le début de l'année, le titre prend plus de 24%, après un bond de 79,5% sur l'ensemble de 2012.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below