28 août 2013 / 10:39 / dans 4 ans

La Chine pourrait taxer davantage de produits de luxe

PEKIN (Reuters) - La Chine prévoit de taxer davantage de produits de luxe et pourrait étendre une taxe sur l‘immobilier actuellement expérimentée à Shanghai et Chongqing, a déclaré mercredi le ministre des Finances Lou Jiwei, cité par l‘agence Chine nouvelle.

La Chine prévoit de taxer davantage de produits de luxe et pourrait étendre une taxe sur l'immobilier actuellement expérimentée à Shanghai et Chongqing. L'extension de taxes sur les produits de luxe répondrait à l'objectif gouvernemental visant à décourager le luxe ostentatoire, dans le cadre plus large de la lutte contre la corruption. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria

Lou Jiwei, qui faisait un point sur le programme de réformes du gouvernement devant le comité permanent de l‘Assemblée nationale populaire (Parlement), a ajouté que Pékin taxerait aussi les biens à l‘origine de pollutions environnementales ou de surexploitation de ressources.

Le nouveau pouvoir chinois a fait des réformes la pierre angulaire de sa politique économique, avec pour objectif de parvenir à une économie tirée par la consommation et non plus par les exportations, l‘industrie et le crédit.

Le Parti communiste tiendra en novembre une importante réunion qui fixera les priorités économiques pour la décennie à venir, avec la réforme fiscale probablement en tête d‘agenda.

L‘élargissement de la taxe foncière pourrait concerner Pékin mais aussi Hangzhou, Shenzhen, Qingdao et Wuhan, toutes villes où les prix de l‘immobilier ont fortement grimpé. La taxe pilote expérimentée à Shanghai et Chongqing frappe actuellement les propriétaires de logements spacieux et chers.

L‘extension de taxes sur les produits de luxe répondrait à l‘objectif gouvernemental visant à décourager le luxe ostentatoire, dans le cadre plus large de la lutte contre la corruption.

La taxe sur les biens polluants, elle, constituerait une réponse du pouvoir à l‘inquiétude croissante des Chinois sur l‘environnement, largement négligé pendant les années de croissance exponentielle du pays.

Le calcul de la taxe actuelle sur le charbon sera modifié pour porter sur les prix et non plus sur les volumes de ventes, s‘alignant ainsi sur la fiscalité relative au pétrole brut et au gaz naturel, a ajouté le ministre.

La refonte de cette taxe est à l‘étude depuis des années mais Pékin s‘est jusqu‘ici abstenu, dans la crainte de prix plus élevés qui risqueraient d‘entraver la croissance.

Lou Jiwei a également confirmé que la réforme de la TVA avait, comme prévu, été étendue à l‘échelle du pays à la date du 1er août afin d‘alléger la pression sur les entreprises.

La réforme, lancée à Shanghai en 2011 et depuis étendue par étapes, sera achevée en 2015.

Langi Chiang and Jonathan Standing, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below