11 août 2013 / 07:38 / il y a 4 ans

La Grande-Bretagne s'interroge sur la reprivatisation de RBS

Au sein du gouvernement britannique, les avis divergent sur la date prévisible de privatisation de RBS, contrôlée à 82% par l'Etat. Le Premier ministre David Cameron s'est exprimé en faveur d'une restructuration rapide. Le ministre des Entreprises Vince Cable semble suggérer non seulement qu'il faudra du temps pour privatiser RBS mais qu'elle pourrait être démantelée. /Photo prise le 2 août 2013/Andrew Winning

LONDRES (Reuters) - La Royal Bank of Scotland, nationalisée à la faveur de la crise financière de 2008, ne sera sans doute pas reprivatisée avant 2018, estime le ministre britannique des Entreprises, Vince Cable dans un entretien publié samedi sur le site internet du journal The Telegraph.

"Je ne pense pas qu'il serait sensé de la part du gouvernement de fixer un calendrier rigide, mais, compte tenu de la situation de départ, il est plutôt irréaliste de penser que RBS reviendra entre des mains privées lors de cette législature ou même d'ici cinq ans", a déclaré Vince Cable au Telegraph.

Les prochains élections législatives au Royaume-Uni sont prévues en 2015. Au sein du gouvernement, les avis divergent apparemment sur la date prévisible de privatisation de la banque, contrôlée à 82% par l'Etat.

Le Premier ministre conservateur David Cameron s'est exprimé en faveur d'une restructuration rapide. Il avait dit lors d'un voyage d'affaires au mois de février en Inde qu'il souhaitait rendre RBS au secteur privé le plus tôt possible.

Vince Cable, qui est membre des Libéraux démocrates (LibDem), parti associé aux Tories dans le gouvernement de coalition, semble suggérer non seulement qu'il faudra du temps pour privatiser RBS mais qu'elle pourrait être démantelée.

"Il me semble qu'il y a de très bonnes raisons pour dire que la banque était devenue trop grosse et que de fait, c'était la source de sa perte", a déclaré Vince Cable.

"Mais nous sommes obligés de mettre en balance les avantages de démanteler la banque (et) les avantages éventuels pour la concurrence (avec) l'importance des coûts", a-t-il ajouté.

La banque s'est notamment engagée à céder 300 succursales au Royaume-Uni dans le cadre du plan de renflouement de 2008.

Costas Pitas; Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below