2 août 2013 / 07:24 / il y a 4 ans

Retour au bénéfice pour RBS au 1er semestre

LONDRES (Reuters) - Royal Bank of Scotland a annoncé que Ross McEwan prendrait la direction générale du groupe en octobre, tout juste un an après avoir pris la tête de la banque de détail, alors que la banque contrôlée par l‘Etat est redevenue rentable.

Royal Bank of Scotland, contrôlée par l'Etat, a annoncé être redevenue rentable. RBS a publié un bénéfice avant impôts de 1,4 milliard de livres (1,6 milliard d'euros) au premier semestre 2013, après une perte de 1,7 milliard un an auparavant. /Photo prise le 28 février 2013/REUTERS/Neil Hall

Le banquier néo-zélandais, candidat favori au remplacement de son prédécesseur Stephen Hester remercié par le gouvernement en juin, est arrivé en septembre au sein du groupe RBS en tant que directeur général de la banque de détail au Royaume-Uni.

Ross McEwan, 56 ans, devrait recentrer le groupe sur la banque commerciale et de dépôts et poursuivre son désengagement vis-à-vis de la banque d‘investissement, comme le souhaitent de nombreux responsables politiques et régulateurs.

Il percevra un salaire annuel d‘un million de livres (1,15 million d‘euros), en retrait par rapport aux 1,2 million de livres versés à Stephen Hester.

Le ministre britannique des Finances George Osborne a salué cette nomination, déclarant qu‘il avait été favorablement impressionné par la vision de RBS de Ross McEwan “en tant que banque commerciale forte, centrée sur les entreprises britanniques” privilégiant le financement de l‘économie du pays.

“Je pense qu‘il apportera le leadership dont RBS a besoin alors que la banque met ses erreurs du passé derrière elle et que le gouvernement cherche à obtenir le meilleur retour pour les contribuables de l‘argent placé par le précédent gouvernement dans la banque”, a-t-il déclaré.

DEUX PREMIERS TRIMESTRES BÉNÉFICIAIRES DEPUIS 2008

RBS a annoncé vendredi un bénéfice avant impôts de 1,4 milliard de livres (1,6 milliard d‘euros) au premier semestre 2013, après une perte de 1,7 milliard un an auparavant.

La banque affiche ses deux premiers trimestres bénéficiaires depuis 2008, année au cours de laquelle elle avait fait l‘objet d‘un sauvetage de 46 milliards de livres de l‘Etat, qui s‘est ainsi retrouvé avec une participation de 81% dans son capital.

Elle a ajouté que son bilan continuait à s‘améliorer et prévoit un ratio de fonds propres selon les nouvelles règles dites de Bâle III de plus de 9% d‘ici la fin de l‘année.

RBS a passé une nouvelle provision de 185 millions de livres pour indemniser ses clients à la suite de pratiques abusives dans la commercialisation de contrats d‘assurance, ce qui en porte le coût total à 2,4 milliards de livres.

Le titre RBS se replie de 4,74% à 317,70 pences vers 10h05, après avoir gagné 5% la veille, alors que l‘indice des valeurs bancaires européennes prend 0,33%. Son cours reste très inférieur au prix de 407 livres par action payé par l‘Etat.

“Nous estimons que cette nomination rapide est un signe de la volonté du gouvernement de pousser RBS rapidement vers la fin de la partie où le Trésor pourra céder sa participation avec une plus-value”, estime Chirantan Barua, analyste chez Bernstein.

Une cession des actions de l‘Etat n‘est pas attendue avant au moins un an, contrairement à Lloyds Banking, pour laquelle l‘Etat devrait bientôt commencer à céder des actions.

Matt Scuffham et Steve Slater, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below