24 juillet 2013 / 11:24 / il y a 4 ans

Ford relève ses prévisions après un trimestre meilleur que prévu

par Deepa Seetharaman et Ben Klayman

Ford, deuxième constructeur automobile américain, a réalisé au deuxième trimestre un bénéfice net de 1,23 milliard de dollars (929 millions d'euros), contre 1,04 milliard (26 cents/action) un an plus tôt. /Photo d'archives/REUTERS/Heinz-Peter Bader

DETROIT (Reuters) - Ford a publié mercredi des résultats meilleurs qu‘attendu au titre du deuxième trimestre 2013, grâce à des performances supérieures aux attentes en dehors de l‘Amérique du Nord, ce qui a conduit le deuxième constructeur américain à relever ses prévisions pour l‘ensemble de l‘exercice.

À la suite de l‘annonce de ces données, le titre Ford avançait vers 17h00 GMT de 3,54% à 17,54 dollars alors que le S&P 500 accusait un repli de 0,11%. De son côté, l‘action General Motors avançait de 1,76% à 37,26 dollars.

Pour l‘ensemble de 2013, Ford, le seul des “Big Three” de Detroit à ne pas avoir recours au régime des faillites en 2009, anticipe désormais un bénéfice avant impôt égal ou supérieur à celui de 2012, alors qu‘il prévoyait jusque là un résultat du même ordre.

“Etant donné la prudence légendaire de Ford, nous considérons cette inflexion apparemment subtile du discours comme étant assez significative”, a déclaré Adam Jonas, analyste chez Morgan Stanley.

Ford a dit s‘attendre à être rentable en Asie cette année. Et le constructeur a également dit anticiper désormais une perte de 1,8 milliard de dollars en Europe en 2013 contre une estimation précédente d‘une perte de deux milliards.

Le groupe a réalisé en avril-mai un bénéfice net de 1,23 milliard de dollars (929 millions d‘euros), soit 30 cents par action, contre 1,04 milliard (26 cents/action) un an plus tôt.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 45 cents alors que les analystes prévoyaient en moyenne 37 cents, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d‘affaires a atteint 38,1 milliards de dollars contre 33,3 milliards au deuxième trimestre 2012, dépassant lui aussi le consensus qui était de 35,15 milliards.

TOURNANT EN EUROPE

Sur le deuxième trimestre 2013, Ford a dégagé un bénéfice record en Asie, à 177 millions de dollars, et un résultat positif de 151 millions en Amérique latine. En Europe, la perte a été ramenée de 404 millions lors de la même période de l‘an dernier à 348 millions.

Si on cumule les activités de Ford en dehors de l‘Amérique du Nord, elles sont à l‘équilibre alors qu‘elles étaient en perte de 600 millions dollars au premier trimestre de l‘année, a souligné Bob Shanks, directeur financier du constructeur.

“Nous sommes au début d‘une phase où, au cours des prochaines années, les opérations en dehors de l‘Amérique du Nord vont prendre de plus en plus d‘importance. Avec ces résultats, on commence à entrevoir ce qui est possible”, a-t-il dit devant des journalistes.

Ford a souligné que la restructuration en Europe était en bonne voie. Le constructeur a noté qu‘une amélioration du sentiment du consommateur dans la région pouvait suggérer un début de “stabilisation”.

Sous le coup de la récession qui plombe l‘Europe, les ventes de voitures dans 27 pays de l‘Union européenne plus ceux de l‘Association européenne de libre-échange ont baissé de 6,7% sur les six premiers mois de 2013, à 6.436.743 véhicules - le chiffre le plus bas depuis 1993.

“On peut considérer que nous sommes face à un tournant en Europe dans le sens où c‘est la première fois que Ford nous y annonce de bonnes nouvelles d‘un trimestre sur l‘autre”, a déclaré Itay Michaeli, analyste chez Ford.

En Amérique du Nord, Ford a dégagé sur le deuxième trimestre 2013 un bénéfice imposable de 2,3 milliards de dollars en raison notamment de la bonne tenue de ses ventes de pick-ups aux Etats-Unis.

Ford a également bénéficié de la hausse du prix de ses voitures, mise en oeuvre dans le monde entier sauf en Europe, qui a généré un milliard de dollars sur la période.

Aux Etats-Unis, son estimation du marché global pour 2013 passe de 15-16 millions de véhicules à 15,6-16,0 millions, et en Europe il s‘attend à ce que le marché se situe vers le haut de sa fourchette d‘estimation de 13-13,5 millions d‘unités.

Pour la Chine, sa prévision du marché est relevée à 20,5-21,5 millions de véhicules au lieu d‘une fourchette précédente de 13-13,5 millions.

Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below