10 juin 2013 / 16:18 / dans 4 ans

Les marchés européens finissent en léger repli hormis Francfort

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - À l‘exception de Francfort, les Bourses européennes ont terminé en léger repli lundi, les investisseurs restant partagés entre les craintes liées au ralentissement économique en Chine et les espoirs d‘une amélioration aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 8,23 points ou 0,21% à 3.864,36 points. Le Footsie britannique a reculé de 0,18% alors que le Dax allemand a pu conserver ses gains et finir en hausse de 0,64%. L‘indice paneuropéen EuroStoxx 50 a cédé 0,16%.

Le marché grec, en baisse de 4,69%, a fortement sous-performé après l‘échec d‘une privatisation importante pour le redressement des comptes publics à Athènes.

“On assiste à quelques prises de bénéfice après la hausse de vendredi, mais sans catalyseur sur le front macroéconomique cette semaine on risque fort de rester confinés dans ces marges pendant au moins quelques jours”, déclare Alexandre Baradez, trader chez Saxo Banque à Paris.

Dans l‘après-midi, l‘agence de notation Standard & Poor’s a annoncé relever de “négative” à “stable” la perspective attachée à la note AA+ des Etats-Unis, expliquant que la probabilité d‘une dégradation de cette note était désormais “de moins d‘un tiers”.

Selon les investisseurs, si cette annonce n‘est pas en mesure de provoquer une forte hausse des marchés actions, elle confirme le sentiment général d‘une amélioration de l‘économie américaine.

Autre nouvelle susceptible de rassurer les marchés, le président de la Fed de St. Louis, James Bullard, a déclaré que malgré l‘amélioration de l‘emploi aux Etats-Unis, le faible niveau d‘inflation pourrait permettre à la Réserve fédérale (Fed) “de continuer son programme agressif sur une plus longue période”.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était orientée en légère hausse. Le Dow Jones gagnait 0,20% et le Nasdaq 0,37%.

L‘indice européen des ressources de base (-1,47%) a accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe, plombé par les statistiques économiques chinoises du week-end. Les valeurs bancaires (-0,93%) ont également contribué à la baisse des marchés.

A Paris, Bolloré s‘est adjugé 3,85%, la plus forte progression de l‘EuroFirst300, le titre continuant de profiter de ses perspectives de développement et du projet d‘introduction en Bourse de son activité de batteries et de véhicules électriques.

La banque italienne Monte dei Pacchi a accusé une chute de 4,67% à Milan, affectée selon des traders par une recommandation à la vente de Société générale. Dans la foulée, Intesa Sanpaolo (-2,92%) et UniCredit (-1,87%) ont signé les deux plus forts replis de l‘EuroStoxx50.

Les futures sur Bunds cédaient 0,39% en fin de séance, dans le sillage des Treasuries à New York, l‘annonce de Standard & Poor’s ayant rassuré les investisseurs.

Sur le marché des changes, le dollar a accéléré sa hausse contre un panier de devises après l‘annonce de l‘agence de notation américaine.

En fin de séance, le billet vert s‘apprécie de 0,63% face à la monnaie japonaise, à 98,87 yens.

Les cours pétroliers restent orientés à la baisse en raison des craintes d‘un ralentissement de la demande chinoise. Le baril de Brent perd 0,32% à 104,23 dollars et le brut léger américain recule de 0,16% mais reste au dessus du seuil des 95 dollars le baril.

Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below