28 mai 2013 / 17:29 / il y a 4 ans

La Grande-Bretagne cherche encore 9 milliards d'économies

Plusieurs ministères britanniques ont accepté des coupes importantes dans leurs dépenses mais le gouvernement de David Cameron doit encore trouver près de neuf milliards de livres (10,5 milliards d'euros) d'économies supplémentaires, sur les 11,5 milliards prévues par le gouvernement. /Photo d'archives/Sukree Sukplang

LONDRES (Reuters) - Plusieurs ministères britanniques ont accepté des coupes importantes dans leurs dépenses mais le gouvernement de David Cameron doit encore trouver près de neuf milliards de livres (10,5 milliards d'euros) d'économies supplémentaires, sur les 11,5 milliards prévues par le gouvernement.

Sept ministères britanniques ont accepté de subir des coupes budgétaires allant de 8% à 10% à partir de l'exercice budgétaire 2015-2016 dans le cadre d'un examen des dépenses publiques dont les résultats définitifs sont attendus le 26 juin, a annoncé mardi George Osborne, ministre des Finances.

Le chancelier de l'Echiquier a précisé que les ministères de la Justice et de l'Energie, entre autres, devraient réaliser des "économies conséquentes", mais que le National Health Service (NHS), le système britannique de santé publique, ne serait pas affecté.

"J'ai pris la décision difficile de préserver les dépenses liées au NHS", a dit à la BBC George Osborne, qui souhaite en outre épargner l'éducation.

Le budget britannique a accusé un déficit de 114,2 milliards de livres de déficit sur le dernier exercice clos, équivalant à 7,2% du PIB.

La décision d'épargner les secteurs de la santé, de l'éducation et l'aide au développement international, met davantage de pressions sur les autres ministères, parmi lesquels figurent certains des plus gros postes de dépenses de l'Etat, comme la défense, l'intérieur ou les collectivités locales.

Après le meurtre d'un soldat par deux hommes soupçonnés de liens avec des organisations islamistes à Londres la semaine dernière, la ministre de l'Intérieur, Theresa May, a déclaré que le budget des services de lutte anti-terroriste devait être préservé.

Le ministre de la Défense, Philip Hammond, a de son côté expliqué que son budget de 34 milliards de livres devait rester intact car une réduction accrue de ses crédits nuirait aux capacités de défense du royaume.

Le principal parti d'opposition, le parti travailliste, critique ouvertement la politique de coupes budgétaires menée par le gouvernement conservateur et l'objectif chiffré qu'il s'est fixé.

"(George Osborne) semble disposé à s'en tenir au cours des deux prochaines années à des politiques qui n'ont pas eu d'effet sur le niveau de vie, la croissance économique ni même sur la réduction des déficits", a déclaré Chris Leslie, porte-parole du parti travailliste pour les questions financières.

Costas Pintas, William James, Julien Dury et Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below