5 mai 2013 / 07:30 / il y a 4 ans

Fleur Pellerin défend Arnaud Montebourg sur Dailymotion

La ministre de l'Économie numérique Fleur Pellerin s'est montrée solidaire de la décision prise par Arnaud Montebourg de bloquer le projet d'accord entre France Télécom-Orange et Yahoo sur la reprise de Dailymotion par le groupe américain. Elle a jugé que ce projet n'était pas "équilibré". /Photo prise le 3 mai 2013/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Le projet d'accord entre France Télécom-Orange et Yahoo sur la reprise de Dailymotion par le groupe américain, qui a été bloqué par Arnaud Montebourg, n'était pas équilibré, estime la ministre de l'Économie numérique Fleur Pellerin.

L'intervention du ministre du Redressement productif pour empêcher que Yahoo acquière plus de la moitié du capital du site de vidéos en ligne a suscité des tensions au sein du ministère de l'Economie et alimenté la polémique sur la politique entrepreneuriale du gouvernement.

Pierre Moscovici a déclaré ne pas avoir été associé à cette décision, contrairement à ce qu'affirme Arnaud Montebourg.

Fleur Pellerin, que des informations de presse disaient également irritée par ce cavalier seul, se montre solidaire de la décision prise dans une interview au Journal du dimanche, même si elle reconnaît que "la communication n'était pas exactement alignée comme il aurait fallu qu'elle le soit".

"L'État était légitime à faire connaître sa position dans le dossier, parce qu'il est l'actionnaire de référence d'Orange. L'accord avec Yahoo ! n'était pas suffisamment équilibré : il aurait pu conduire à une absorption totale et à une disparition de Dailymotion", explique-t-elle.

"Le gouvernement a accordé à juste titre la préférence au développement industriel plutôt qu'à une plus-value et à un gain de cash rapide", poursuit-elle.

ATTIRER LES INVESTISSEURS

La ministre de l'Economie numérique souligne toutefois qu'il "n'est pas question pour autant de dire à certains investisseurs étrangers 'vous n'êtes pas les bienvenus'. Le financement de notre économie passe par nos capacités à les attirer".

Pour elle, "Dailymotion ne doit pas rester un groupe franco-français, ce serait une impasse économique et industrielle. Mais l'entreprise, sa technologie, ses ingénieurs et ses emplois doivent rester ancrés en France".

"Nos pépites ont du mal à grossir, il faut les aider. Si cela passe par un tour de table avec des fonds de la Silicon Valley aux côtés d'Orange comme acteur de référence, cela ne me pose aucun problème", ajoute Fleur Pellerin.

Interrogée sur les ambitions prêtées au groupe Vivendi et à l'entrepreneur Xavier Niel, fondateur d'Iliad, qui, selon le site Wansquare, ont chacun déposé une offre de rachat sur Dailymotion, elle se montre peu diserte.

"Toutes les options sont à étudier", dit-elle.

Le PDG de Dailymotion, Cédric Tournay, qui, comme celui de France Télécom-Orange, Stéphane Richard, a déploré le blocage de l'accord avec Yahoo, a déclaré dans Le Monde avoir reçu de "nombreuses marques d'intérêt, du monde entier".

Pour Fleur Pellerin, l'épisode Dailymotion ne signifie pas du tout que la France n'est pas ouverte aux capitaux étrangers ou qu'elle serait prise d'antiaméricanisme.

"Dans nos échanges avec les acteurs américains comme Google ou Apple, il y a une "tension amicale". Mais nous ne vivons pas dans une économie fermée. L'économie numérique n'est pas un village gaulois!", explique-t-elle.

Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below