25 avril 2013 / 07:10 / dans 4 ans

Bayer réduit ses prévisions pour ses plastiques

Bayer a enregistré une hausse de 0,4% de son excédent brut d'exploitation au premier trimestre, le niveau élevé des prix des matières premières dans ses activités chimiques et plastiques ayant occulté la vigueur de la demande de pesticides. /Photo prise le 30 janvier 2013/REUTERS/Ina Fassbender

FRANCFORT (Reuters) - Expliquant souffrir de la baisse de la demande pour ses plastiques et ses produits chimiques, Bayer a annoncé jeudi avoir revu à la baisse ses prévisions pour sa division MaterialScience, alors que les résultats de ses activités de pesticides progressent.

Le géant allemand a fait état d‘une hausse de 0,4% de son bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciations et amortissements (Ebitda) hors exceptionnels au premier trimestre, à 2,45 milliards d‘euros, un résultat légèrement inférieur au consensus Reuters (2,59 milliards).

L‘action Bayer perdait 0,82% à 10h21 à la Bourse de Francfort alors que l‘indice Dax, dont il fait partie, était inchangé.

L‘Ebitda de la division MaterialScience, qui produit entre autres des plastiques destinés à la fabrication de DVD ou de phares de voitures, a chuté de plus d‘un quart sur les trois premiers mois de l‘année.

Le groupe a dû relever les prix de ses plastiques face à la hausse de ses propres coûts de matières premières pétrochimiques, ce qui a eu pour effet de faire baisser les volumes.

La fermeture pour maintenance d‘un site en Amérique du Nord a également pesé sur les résultats.

Le marché mondial des polycarbonates, l‘une des spécialités de Bayer, souffre d‘une augmentation de l‘offre mondiale supérieure à celle de la demande après la mise en exploitation de plusieurs nouveaux sites de production par des groupes du Moyen-Orient comme le saoudien Sabic.

Bayer, qui célèbre cette année son cent-cinquantième anniversaire, ne prévoit désormais qu‘une stagnation de l‘Ebitda annuel de la division MaterialScience, alors qu‘il espérait une hausse jusqu‘à présent.

Pour l‘ensemble du groupe, il s‘en tient néanmoins à sa prévision d‘une progression d‘environ 5% de l‘Ebitda ajusté, qui devrait bénéficier du lancement de nouveaux médicaments et de la vigueur de la demande de pesticides.

Ludwig Burger; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below