9 avril 2013 / 08:29 / dans 4 ans

Baisse inattendue des importations allemandes en février

LE COMMERCE EXTÉRIEUR ALLEMAND

BERLIN (Reuters) - Les importations allemandes ont fortement baissé en février, pour la troisième fois en quatre mois, et les exportations ont également décliné, ce qui éloigne les espoirs de voir la première économie de la zone euro tirer l‘ensemble de la région hors de la récession.

Les chiffres publiés mardi par l‘Office fédéral de la statistique montrent que les importations ont chuté de 3,8% alors que la moyenne des économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 0,5% et qu‘aucun n‘attendait une telle baisse.

Les exportations, que les économistes attendaient en moyenne stables, ont baissé de 1,5%, ce qui marque leur troisième déclin en six mois et souligne à quel point la faiblesse économique des partenaires européens de l‘Allemagne affecte ses échanges commerciaux.

L‘excédent commercial en données ajustées a atteint 17,1 milliards d‘euros contre 15,6 milliards (révisé) en janvier et 15 milliards attendus par les économistes.

A titre de comparaison, le déficit commercial de la France s‘est creusé à 6,011 milliards d‘euros en février après 5,653 milliards en janvier, un chiffre révisé à la baisse.

“On espérait que la demande intérieure de l‘Allemagne soutienne l‘économie, non seulement la sienne mais aussi celle du reste de la zone euro, en particulier celle des pays en crise, à travers les importations”, reconnaît Christian Schulz, économiste chez Berenberg Bank.

“Mais l‘économie allemande ne remplit pas encore le rôle qu‘elle pourrait jouer en terme de rééquilibrage européen”, ajoute-t-il. “La demande intérieure semble toujours souffrir du manque de confiance né de certaines incertitudes autour de la crise de l‘euro.”

Les économistes jugent néanmoins en majorité que la demande intérieure allemande devrait permettre à l‘économie du pays de continuer à croître en 2013, et que la faiblesse des importations de février restera exceptionnelle. Ils soulignent qu‘elle est presque compensée par la forte hausse de 3,3% enregistrée le mois précédent.

L‘économie allemande s‘est contractée de 0,6% au dernier trimestre 2012, mais la majorité des analystes estiment qu‘elle n‘entrera pas en récession cette année, pour laquelle Berlin prévoit une croissance de 0,4%.

Sarah Marsh; Julien Dury pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below