28 mars 2013 / 17:49 / il y a 5 ans

Piraeus Bank a limité sa perte nette en 2012

ATHENES (Reuters) - Piraeus Bank, la deuxième banque grecque, a limité sa perte nette à 513 millions d‘euros en 2012, contre une perte de 6,6 milliards l‘année précédente.

Succursale de Piraeus Bank dans le centre d'Athènes. La deuxième banque grecque a limité sa perte nette à 513 millions d'euros en 2012, contre une perte de 6,6 milliards l'année précédente. /Photo prise le 26 mars 2013/REUTERS/John Kolesidis

Les chiffres de 2011 et 2012 ne sont cependant pas complètement comparables car Piraeus Bank a inclus dans ses comptes de l‘an dernier des actifs acquis en cours d‘exercice et que les chiffres de l‘année précédente comprenaient une lourde dépréciation sur la dette souveraine grecque.

Piraeus Bank, qui a racheté en 2012 la partie saine d‘ATEBank ainsi que Geniki, l‘ex-filiale grecque de Société générale, a inscrit pour 2,5 milliards d‘euros de charges de dépréciations l‘an dernier, dont 2,04 milliards de provisions pour pertes sur créances, la récession se prolongeant en Grèce.

Son ratio de créances douteuses avait grimpé à 23,3% à fin décembre 2012, contre 18% à fin septembre.

En début de semaine, Piraeus a repris les agences grecques des banques chypriotes Bank of Cyprus, Cyprus Popular et Hellenic Bank. Elle est également en discussion pour racheter la filiale grecque du portugais Millenium bcp.

George Georgiopoulos, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below