12 mars 2013 / 10:55 / il y a 5 ans

François Hollande vise un déficit public sous 3,7% fin 2013

François Hollande, qui poursuit mardi sa visite à Dijon, a déclaré que la France tenterait de réduire son déficit public sous 3,7% du PIB fin 2013 contre 4,5% fin 2012. /Photo prise le 12 mars 2013/REUTERS/Philippe Wojazer

par Julien Ponthus

DIJON, Côte-d‘Or (Reuters) - La France tentera de réduire son déficit public sous 3,7% du PIB fin 2013 contre 4,5% fin 2012, a déclaré mardi François Hollande, confirmant son intention de mener rapidement une nouvelle réforme des retraites.

Le gouvernement, qui a abandonné l‘objectif de réduire le déficit à 3% cette année en raison d‘une croissance économique atone, présentera dans les prochaines semaines son programme de stabilité à la Commission européenne, où figurera la nouvelle trajectoire prévisionnelle des finances publiques françaises.

La Commission table sur un déficit à 3,7% fin 2013 en France et le commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a ouvert la porte à donner un délai au pays pour atteindre 3%, à condition que le déficit passe “nettement en dessous de 3%” en 2014.

“Nos déficits publics en 2011 s‘élevaient à plus de 5% de la richesse nationale, 4,5% en 2012 et sans doute 3,7% en 2013 même si nous essaierons de faire moins”, a dit François Hollande lors d‘un discours à Dijon.

Le chef de l‘Etat a confirmé que de nouvelles mesures d‘austérité ne seraient pas prises cette année afin de ne pas fragiliser davantage une croissance attendue proche de zéro.

“La bonne stratégie économique, c‘est de rester dans cette trajectoire sans rien faire qui puisse affaiblir la croissance, et c‘est le sens du dialogue que j‘ai engagé avec la Commission européenne pour rester dans cette trajectoire, ni plus ni moins”, a dit François Hollande.

“DES CHOIX COURAGEUX”

L‘an prochain, le gouvernement cherchera cinq milliards d‘euros d‘économies supplémentaires sur la seule sphère de l‘Etat pour financer les mesures nouvelles et réduire les dépenses de 1,5 milliard d‘euros.

Les comptes sociaux seront eux aussi mis à contribution, à travers une réforme de la branche famille de la sécurité sociale, une nouvelle réforme des retraites et d‘autres économies dans la santé. L‘assurance chômage, dont le déficit pourrait atteindre 5 milliards d‘euros cette année, doit faire l‘objet d‘un examen d‘ici fin 2013 par les partenaires sociaux.

“Des choix courageux” devront être faits pour les prestations sociales et les retraites, a dit François Hollande, en soulignant que le déficit des retraites pourrait être de 20 milliards d‘euros en 2020.

Les partenaires sociaux devront prendre leurs responsabilités pour permettre une réforme “structurelle en tenant compte de la pénibilité et en réduisant les inégalités”, a poursuivi François Hollande. “Nous aurons à faire ces choix dans l‘année.”

Pour favoriser la croissance, sans laquelle la réduction du déficit sera d‘autant plus difficile, il a annoncé une initiative pour aider les entreprises dans leurs rapports avec l‘administration.

“Pour gagner de la croissance il faut aller plus vite”, a-t-il dit. “Chaque fois que l‘administration, l‘Etat, pourra donner plus tôt une autorisation, lever une procédure qui est inutile, alléger une contrainte, on gagnera en croissance”, a-t-il ajouté en évoquant une loi sur le sujet.

Avec Jean-Baptiste Vey, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below