5 mars 2013 / 09:28 / dans 5 ans

Les divergences se creusent entre les indicateurs en zone euro

La contraction s'est accrue en février dans le secteur des services de la zone euro, du fait de baisses d'activité en France, en Espagne et en Italie, selon l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat. L'indice définitif des services s'est établi à 47,9, contre 47,3 annoncé en première estimation et 48,6 en janvier. /Photo d'archives/REUTERS

LONDRES (Reuters) - La France, l‘Espagne et l‘Italie ont tiré la zone euro vers une contraction plus marquée en février et leur écart s‘est creusé avec l‘Allemagne, selon les indices PMI publiés mardi.

L‘indice PMI composite calculé par Markit pour la zone euro, qui prend à la fois en compte le secteur manufacturier et celui des services, s‘est établi à 47,9 en février contre 48,6 en janvier.

Bien que supérieur à la première estimation de 47,3, l‘indice reste sous la barre des 50 séparant croissance et contraction d‘activité.

L‘écart entre les deux premières économies de la zone euro - la France et l‘Allemagne - a atteint son plus haut niveau depuis que cet indice a été créé en 1998.

En Allemagne, l‘indice composite s‘est ainsi établi à 53,3 contre seulement 43,1 en France.

“Les prévisions (...) semblent dépendre de la capacité de l‘Allemagne a continuer à croître et à compenser la faiblesse de la France, de l‘Italie et de l‘Espagne”, a commenté Chris Williamson, chef économiste chez Markit.

“(...) Les espoirs d‘un retour de la croissance dans la région d‘ici mi-2013 sont désormais considérés comme trop optimistes.”

La divergence franco-allemande a aussi été illustrée par la publication des chiffres des ventes au détail pour le mois de janvier, également publiés mardi. Les ventes au détail ont enregistré une croissance de 3,1% en Allemagne contre seulement 0,9% en France.

Selon Chris Williamson, les derniers résultats de l‘enquête Markit sont cohérents avec une contraction de l‘économie de la zone euro d‘environ 0,2% ce trimestre, seule la croissance allemande permettant à la région d‘éviter un recul de l‘activité économique aussi marqué que celui de 0,6% subi à la fin 2012.

Selon une enquête Reuters publiée jeudi dernier, cette situation devrait inciter la Banque centrale européenne à aider des pays en difficulté comme l‘Espagne par des rachats d‘obligations souveraines.

L‘indice composite des prises de commandes en zone euro, qui donne une indication de l‘activité future, a chuté à 46,7 en février, après 48,0 en janvier.

Quant à l‘indice PMI des services en zone euro, il a été ramené à 47,9 après 48,6, tout en étant relevé par rapport à une estimation initiale de 47,3.

Andy Bruce, Véronique Tison, Benoît van Overstraeten et Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below