28 février 2013 / 12:58 / dans 5 ans

ADP veut améliorer l'accueil des passagers

par Cyril Altmeyer

Terminal 2E à Roissy. Augustin de Romanet, le nouveau PDG d'Aéroports de Paris, s'est donné pour priorité d'améliorer l'accueil des passagers dans les aéroports parisiens, un point noir régulièrement dénoncé par les voyageurs. /Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon

PARIS (Reuters) - Augustin de Romanet, le nouveau PDG d‘Aéroports de Paris, a déclaré jeudi avoir pour priorité d‘améliorer l‘accueil des passagers dans les aéroports parisiens, un point noir régulièrement dénoncé par les voyageurs.

Il s‘est déclaré déterminé à homogénéiser le confort du parcours qu‘effectue un passager à sa sortie de l‘avion jusqu‘à la sortie de l‘aéroport, en particulier à Roissy, qui traîne parfois encore la réputation d‘être l‘un des pires aéroports du monde, malgré de réelles améliorations.

“Lorsque vous sortez de la passerelle, la probabilité pour que vous tombiez sur un mur nu, que vous empruntiez des longs couloirs (...) et que vous ne sachiez pas trop où vous allez est assez grande”, a-t-il dit, faisant référence notamment au terminal 2E de Roissy.

L‘exploitant des aéroports de Roissy et d‘Orly, dont l‘Etat détient 52%, a proposé de verser un dividende de 2,07 euros par action au titre de 2012 contre 1,76 euro pour 2011, profitant de son entrée dans un cycle d‘investissements plus limités qu‘au cours des dernières années.

Vers 13h30, l‘action s‘octroyait ainsi 2,4% à 63,56 euros, à la faveur de cette hausse du taux de distribution du dividende porté de 50% à 60% du résultat net part du groupe.

Augustin de Romanet, l‘ex-patron de la Caisse des dépôts qui a succédé fin novembre à Pierre Graff, atteint par la limite d‘âge, a précisé lors de sa première conférence de presse à la tête d‘ADP que ce niveau de distribution n‘était “pas insoutenable” à moyen terme.

Le groupe a dégagé en 2012 un excédent brut d‘exploitation (Ebitda) de 1,017 milliard d‘euros, en hausse de 4,6%, avec un chiffre d‘affaires en progression de 5,6% à 2,640 milliards, en ligne avec les attentes.

ADP a profité de l‘augmentation des redevances aéronautiques et de la hausse de 11,3% son chiffre d‘affaires dans les boutiques situées dans les zones réservées des aéroports à 16,8 euros par passager, avec un objectif de 19 euros en 2015.

Pour 2013, le groupe vise une légère croissance de son chiffre d‘affaires et de son excédent brut d‘exploitation (Ebitda) sur la base d‘une stabilité du trafic.

L‘Association internationale de transport aérien (Iata) attend de son côté une croissance du trafic mondial ralentie à 4,5% cette année contre 5,2% en 2012.

ENQUÊTE SUR LE RACHAT DE TAV

ADP, qui a confirmé viser une hausse de 25 à 35% de son Ebitda en 2015 par rapport à 2009, compte en particulier sur son acquisition en mai dernier de 38% du capital du concessionnaire de l‘aéroport Ataturk d‘Istanbul, TAV Havalimanlari Holding, pour soutenir sa croissance.

Les conditions de ce rachat ont suscité une polémique, le conseil d‘administration d‘ADP ayant donné son feu vert alors même que le gouvernement turc venait de faire part de son intention de lancer un d‘appel d‘offres pour la construction d‘un troisième aéroport concurrent à Istanbul.

Augustin de Romanet a qualifié l‘absence de réunion du conseil d‘administration à ce stade du processus d’“incident réel”. “L‘enquête à laquelle j‘ai fait procéder ne m‘a pas conduit à observer d‘autres dysfonctionnements”, a-t-il cependant souligné.

Le troisième aéroport d‘Istanbul devrait entrer en service au plus tôt début 2018, soit trois ans avant la fin de la concession de TAV pour l‘aéroport d‘Ataturk, entraînant un manque à gagner qu‘Augustin de Romanet dit estimer au maximum à 300 millions d‘euros.

TAV, lui-même candidat à l‘appel d‘offres pour ce troisième aéroport qui sera lancé début mai, a reçu par courrier l‘assurance des autorités turques d‘une compensation du manque à gagner subi par la société en cas d‘ouverture de cet aéroport avant la fin de la concession d‘Ataturk.

Augustin de Romanet a précisé étudier avec les juristes du groupe les recours possibles en cas de compensations insuffisantes de la part des autorités turques.

Il a néanmoins jugé correct le prix de 668 millions d‘euros payé par ADP pour acquérir la participation dans TAV, qui représentait alors une prime de 31%, désormais compensée par la hausse du titre de l‘opérateur turc en Bourse.

TAV, qui prévoit pour 2013 une croissance de 17% à 19% de son Ebitda, a réalisé un résultat net de 124 millions d‘euros en 2012, contre 70 millions anticipé lors de l‘acquisition.

ADP, qui est candidat avec TAV pour la modernisation de l‘aéroport new-yorkais de La Guardia, a indiqué en revanche ne pas être intéressé par les actifs mis en vente par l‘allemand Hochtief en Europe.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below