17 janvier 2013 / 12:27 / dans 5 ans

Chute du résultat de BofA après des charges sur l'immobilier

par Rick Rothacker

Bank of America a annoncé jeudi a enregistré une chute de son bénéfice au quatrième trimestre après avoir dû passer des charges plus importantes destinées à nettoyer un bilan affecté par des actifs immobiliers liés à la crise financière. La deuxième banque américaine a dégagé un bénéfice de 700 millions de dollars, contre 2 milliards un an auparavant. /Photo prise le 22 juin 2012/REUTERS/Brendan McDermid

(Reuters) - Bank of America a annoncé jeudi une chute de son bénéfice au quatrième trimestre, après avoir passé d‘importantes charges exceptionnelles destinées à nettoyer son bilan des actifs immobiliers risqués hérités de la crise financière de 2007-2009.

La deuxième banque américaine avait annoncé, le 7 janvier, que ses résultats seraient affectés par une longue série d‘éléments exceptionnels, dont plus de cinq milliards de dollars (3,74 milliards d‘euros) de charges liées à des crédits immobiliers, 1,3 milliard de crédits d‘impôt et 700 millions de charges liées à la valeur de sa dette.

Toutefois, ses résultats trimestriels ont été soutenus, comme ceux de JP Morgan Chase publiés la veille, par une reprise de l‘activité de prêts hypothécaire au cours du trimestre, en hausse de 42% par rapport à la même période 2011.

De même, la banque a commencé le trimestre dernier à réduire les effectifs de sa filiale chargée de la gestion des prêts hypothécaires, signe d‘une sortie progressive de la crise.

“Nous sommes sortis d‘un grand nombre d‘actifs à risque”, a déclaré son directeur financier Bruce Thompson lors d‘une conférence de presse téléphonique.

Mais la banque doit encore finaliser un règlement à l‘amiable avec des investisseurs privés sur le marché des prêts immobiliers, reste en litige avec des assureurs crédit hypothécaires et fait l‘objet d‘une procédure judiciaire du département de la Justice pour des créances vendus hypothécaires vendues à Fannie Mae et Freddie Mac.

La plupart des problèmes de Bank of America viennent du rachat en 2008 de Countrywide Financial, spécialiste des prêts immobiliers aux populations à risque, dits “prêts subprime”, à l‘origine de la crise financière.

DÉJÀ 40 MILLIARDS DE DOLLARS PERDUS

La banque a déjà perdu plus de 40 milliards de dollars dans le cadre de règlements à l‘amiable et de rachats de créances vendues à des investisseurs pendant la bulle immobilière.

Malgré ces charges exceptionnelles, les résultats de BofA sont légèrement supérieurs aux attentes de Wall Street.

Son bénéfice trimestriel du quatrième trimestre a atteint 700 millions de dollars, soit 3,0 cents par action, contre 2,0 milliards, soit 15 cents par action, un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S était à 2,0 dollars/action.

Il a également été soutenu par une baisse des provisions pour créances douteuses, qui ont représenté 2,2 milliards de dollars au lieu de 2,9 milliards un an auparavant, ainsi que par une hausse de 58% des commissions de sa banque d‘investissement.

Afin d‘améliorer sa rentabilité, Bank of America a lancé un vaste programme de réduction de coûts en 2011, visant à réduire ses dépenses de huit milliards de dollars d‘ici mi-2015.

Ses dépenses ont été ramenées à 18,4 milliards de dollars au quatrième trimestre, contre 18,9 milliards un an auparavant, hors dépréciations des écarts d‘acquisition (“goodwill”).

Les charges de BofA incluent sa participation à hauteur de 2,5 milliards de dollars à l‘accord de 8,5 milliards de dollars signé par les autorités fédérales avec dix grands acteurs du crédit immobilier pour indemniser les emprunteurs dont les biens ont été saisis dans des conditions contestées.

Elles comprennent aussi 2,7 milliards de charges liées au règlement de litiges avec Fannie Mae concernant des prêts à risque vendus par la banque à l‘organisme de refinancement et à des retards dans les saisies immobilières.

A Wall Street, l‘action BofA perdait du terrain à Wall Street en matinée, tout comme Citigroup qui a également publié des résultats jugés décevants.

Le titre BofA perdait 3,2% vers 16h20 GMT et Citi cédait 2,7%, tandis que les titres JPMorgan Chase et Goldman Sachs avaient tous deux réagi de façon positive la veille, après la publication de leurs résultats trimestriels.

Nicolas Delame et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below