11 janvier 2013 / 12:27 / il y a 5 ans

Marchés européens stables à mi-séance, le CAC en baisse de 0,2%

Les Bourses européennes étaient stables ou en légère baisse vendredi à mi-séance, le marché poursuivant une phase de consolidation après le plus haut de deux ans inscrit jeudi en séance. À Paris, le CAC 40 était en baisse de 0,2% à 3.695,32 points vers 13h00. /Photo d'archives

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes étaient stables ou en légère baisse vendredi à mi-séance et Wall Street devrait suivre cette tendance hésitante, le marché poursuivant une phase de consolidation après le plus haut de deux ans inscrit jeudi en séance.

À Paris, le CAC 40 était en baisse de 0,2% à 3.695,32 points vers 12h00 GMT. À Francfort, le Dax et le FTSE à Londres avançaient de 0,1%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 progressait également de 0,1%.

L'indice européen des valeurs technologiques est le seul qui enregistre une franche hausse (+0,81%), tiré par notamment Nokia, qui progresse de près de 1,4% grâce à l'annonce hier des fortes ventes de son modèle Lumia.

Le compartiment bénéficie également du fait qu'Infosys, numéro deux indien des services informatiques, a relevé ses prévisions pour l'exercice 2012-2013 à la suite d'un troisième trimestre fiscal supérieur aux attentes.

L'indice des matières premières connait la plus forte baisse (-1,71%).

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street stable ou en légère baisse (-0,1%) certains investisseurs mettant en avant la nervosité des marchés avant la publication de résultats du quatrième trimestre de Wells Fargo.

Sur le marché des changes, le yen poursuit sa chute face au dollar, contre lequel il a touché un creux de deux ans et demi, après que le Premier ministre, Shinzo Abe, a appelé la Banque du Japon à faire de l'emploi l'un des axes prioritaires de son mandat.

L'euro reste proche de son plus de huit mois et demi face au dollar, atteint jeudi après que la Banque centrale européenne (BCE) a laissé ses taux inchangés et suggéré qu'il n'y aurait pas d'assouplissement à brève échéance.

Les cours du baril de pétrole poursuivent leur baisse, passant sous la barre des 111 dollars vendredi, les intervenants sur le marché pétrolier estimant que la demande de pétrole pourrait diminuer à court terme l'activité économique mondiale demeurant faible.

Sur le marché obligataire, le prix des Bunds allemands a limité sa baisse vendredi après avoir atteint hier son plus bas niveau depuis décembre. Selon certains traders, les investisseurs dénouent leurs positions de vente prises hier, après les déclarations relativement optimistes de la BCE au sujet des perspectives économiques de la zone euro.

Le Trésor italien a adjugé vendredi pour 3,5 milliards d'euros d'obligations à trois ans à un rendement de 1,85%, le plus bas pour cette maturité depuis mars 2010.

Sur la Bourse de Paris, dans le sillage d'Infosys, Capgemini enregistre la plus forte hausse du CAC 40 (+3,4%).

De son côté, Michelin accuse la plus forte (-2,44%) après que Goldman Sachs est passé à la vente sur le titre.

Bien que le PDG du groupe GDF Suez Gérard Mestrallet a confirmé ses objectifs annoncés pour l'année 2012, le titre perd 0,7%.

Constance De Cambiaire pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below