26 décembre 2012 / 15:57 / il y a 5 ans

Menacée de dévaluation, la livre égyptienne chute

LE CAIRE (Reuters) - Le cours de la livre égyptienne est tombé mercredi à son plus bas niveau depuis huit ans, alors que de nombreux Egyptiens se dépêchent d‘échanger leurs devises contre des dollars par crainte d‘une dévaluation, ont annoncé des courtiers sur le marché des changes.

Bureau de change, au Caire. Le cours de la livre égyptienne est tombé mercredi à son plus bas niveau depuis huit ans, alors que de nombreux Egyptiens se dépêchent d'échanger leurs devises contre des dollars par crainte d'une dévaluation, ont annoncé des courtiers sur le marché des changes. /Photo d'archives/REUTERS/Asmaa Waguih

Les troubles politiques de ces dernières semaines ont ravivé les doutes sur la capacité du président Mohamed Morsi à mettre en oeuvre des mesures d‘austérité réclamées par le Fonds monétaire international (FMI), qui a déjà reporté des négociations sur un prêt de 3,6 milliards d‘euros.

Mohamed Morsi a ratifié mercredi la nouvelle Constitution, approuvée par référendum les 15 et 22 décembre, au terme d‘une campagne qui a polarisé l‘Egypte.

Les autorités égyptiennes ont interdit mardi à tout voyageur d‘apporter en Egypte, ou de faire sortir du pays, plus de 10.000 dollars en devises étrangères, afin de limiter la pression sur la livre égyptienne et de prévenir tout retrait d‘argent massif de la part des épargnants.

Mercredi après-midi, le dollar s‘échangeait contre 6,175 livres, soit le plus bas niveau atteint par la devise égyptienne depuis son record d‘octobre 2004, quand un dollar valait 6,26 livres.

Plusieurs courtiers ont rapporté que la banque centrale d‘Egypte était manifestement en train de vendre des dollars, afin d‘éviter que la livre ne continue à s‘affaiblir.

Les réserves de changes ont subi une véritable hémorragie, ayant encore baissé de 448 millions de dollars en novembre, et sont tombées à 15 milliards, contre plus de 35 milliards avant la chute d‘Hosni Moubarak en février 2011.

Naguère prisée des investisseurs sur les marchés émergents, l‘Egypte traverse une grave crise économique, avec un déficit budgétaire qui s‘est creusé à 11% du PIB sur l‘exercice fiscal terminé en juin, et est attendu à plus de 10% sur les douze mois suivants.

Patrick Werr, Henri-Pierre André et Julien Dury pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below