20 décembre 2012 / 11:34 / dans 5 ans

Pour François Pérol, la réforme bancaire est une "bonne réforme"

PARIS (Reuters) - Le président du directoire de la BPCE François Pérol a estimé jeudi que la réforme bancaire envisagée par le gouvernement visant à isoler les activités spéculatives des établissements français était une “bonne réforme”.

Le président du directoire de la BPCE François Pérol a estimé jeudi sur RTL que la réforme bancaire envisagée par le gouvernement visant à isoler les activités spéculatives des établissements français était une "bonne réforme". /Photo prise le 23 février 2012/REUTERS/Benoît Tessier

Le gouvernement a présenté mercredi en Conseil des ministres son projet de réforme bancaire destiné à protéger les dépôts et l‘épargne des Français en cas de faillite d‘une banque.

Le projet demande aux groupes bancaires français d‘isoler dans une filiale dédiée leurs activités pour compte propre.

“Je pense que c‘est une réforme importante parce qu‘elle interdira à l‘avenir le développement d‘activités spéculatives de manière incontrôlée à l‘intérieur des banques”, a estimé François Pérol dans un entretien sur la radio RTL.

“Cette réforme est une réforme qui reconnaît le principe de réalité, donc pour moi c‘est une bonne réforme”, a-t-il déclaré.

“Nous verrons pendant le débat au parlement comment ce principe sera appliqué. Le diable est dans les détails en la matière”, a encore ajouté François Pérol.

Le texte doit être soumis à l‘examen du Parlement au début 2013 et sa discussion pourrait donner lieu à des amendements ou des gestes symboliques afin d‘apaiser la frange la plus à gauche de la majorité gouvernementale.

Mercredi soir, le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa s‘était montré plus critique au sujet de la réforme bancaire sur la chaîne BFM TV, déplorant “une contrainte nouvelle qui s‘ajoute au même moment à d‘autres et qui va nous compliquer la vie”.

POSSIBLE BAISSE DU TAUX DU LIVRET A

Par ailleurs, le président de la BPCE, qui regroupe la Banque Populaire et les Caisses d‘Epargne, n‘a pas écarté une baisse du taux de la rémunération du Livret A, actuellement fixé à 2,25%.

“La rémunération du Livret A repose d‘abord sur le taux d‘inflation -il faut qu‘elle soit supérieure au taux d‘inflation- et elle repose aussi sur les taux d‘intérêt à très court terme. Aujourd‘hui, ils sont historiquement bas donc la logique voudrait que le taux de rémunération du livret A baisse”, a expliqué François Pérol, toujours sur RTL.

Prié de dire si la rémunération du Livret A pourrait passer en dessous de 2%, il a répondu: “C‘est au gouverneur de la Banque de France de proposer au gouvernement. Il est un peu trop tôt pour le dire, mais la logique voudrait que le taux de rémunération du Livret A baisse effectivement”.

“PAS D‘INVESTISSEMENT SANS CAPITAL”

Le patron du groupe bancaire a également regretté la fiscalité trop lourde pesant en France sur les hauts revenus et le capital.

“Il est paradoxal de taxer de façon très importante ce qui est susceptible de bouger le plus (le capital). On ne fait pas de croissance sans investissements, on ne fait pas d‘investissements sans capital”, a déclaré l‘ancien secrétaire général adjoint de l‘Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, s‘inquiétant de l‘impact des mesures fiscales sur les investisseurs étrangers.

“Nos activités nous amènent à voir beaucoup de gens qui investissent en France. Et en ce moment ils se posent des questions. Ils se disent mais qu‘est-ce qui arrive en France? Est ce que le gouvernement n‘aime pas les entreprises?”, a-t-il dit.

“Le capital, il vient évidemment des économies des Français mais pas seulement. Il vient aussi d‘investisseurs étrangers qui viennent investir en France”, a rappelé François Pérol, estimant qu‘il “faut être capable d‘attirer ce capital”.

“On n‘attirera pas ce capital, on ne donnera pas envie à des entrepreneurs d‘investir en France, d‘entreprendre en France, de prendre des risques en France, si on impose la richesse de cette façon. On ne crée pas de richesses sans qu‘il y ait des riches”, a-t-il affirmé.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below