11 décembre 2012 / 11:50 / il y a 5 ans

Les banques devraient soutenir le rachat de dette grecque

<p>Gr&acirc;ce &agrave; un effort suppl&eacute;mentaire des banques grecques, l'offre de rachat d'obligations soumise par Ath&egrave;nes &agrave; ses cr&eacute;anciers priv&eacute;s devrait &ecirc;tre un succ&egrave;s et permettre le versement de la prochaine tranche de l'aide internationale. /Photo d'archives/Yiorgos Karahalis</p>

par George Georgiopoulos

ATHENES (Reuters) - Grâce à un effort supplémentaire des banques grecques, l'offre de rachat d'obligations soumise par Athènes à ses créanciers privés devrait être un succès et permettre le versement de la prochaine tranche de l'aide internationale.

Le Trésor a prolongé jusqu'à 12h00 GMT cette opération, qui devait initialement être close vendredi soir, car le montant offert à cette première échéance était inférieur à l'objectif de 30 milliards d'euros que s'était fixé le gouvernement.

Ce rachat, à un prix bien inférieur à la valeur faciale des titres concernés, vise à ramener l'encours global de la dette publique grecque à un niveau jugé soutenable.

Les banques grecques, qui n'avaient apporté vendredi à l'opération qu'environ 60% des 17 milliards d'euros de dette souveraine qu'elles détiennent, devraient avoir fourni un effort supplémentaire avant la nouvelle échéance mardi, ont déclaré à Reuters de hauts responsables du secteur.

"Toutes les banques vont soutenir le rachat en relevant leurs offres", a dit un cadre d'une grande banque grecque qui a requis l'anonymat. "L'objectif de 30 milliards d'euros sera atteint et pourrait être dépassé."

Vendredi soir, les offres représentaient 26,5 milliards d'euros, à un prix moyen de 33,4% de la valeur nominale, a déclaré à Reuters un haut responsable de la zone euro.

Les ministres des Finances de la zone euro devraient étudier les résultats de l'opération lors d'une conférence téléphonique en fin d'après-midi.

DES PLUS-VALUES POUR LES HEDGE FUNDS

Les banques grecques hésitaient initialement à apporter à l'offre la totalité de leurs avoirs en dette publique, de peur d'avoir, à terme, à supporter de lourdes pertes. Mais elles n'ont guère le choix au final, la majeure partie de l'aide extérieure conditionnée au rachat étant destinée à leur propre recapitalisation.

"Les banques vont apporter une part importante de leurs avoirs obligataires au rachat", a dit un autre banquier grec. "Elles ne conserveront que de petits montants en portefeuille. Le montant total offert au rachat pourrait atteindre 31 ou 32 milliards d'euros."

Le rachat est financé par les bailleurs de fonds internationaux à hauteur de 10 milliards d'euros, ce qui reviendra à réduire de 20 milliards environ l'encours global de la dette, soit la moitié de l'objectif fixé par le nouveau plan d'aide annoncé le mois dernier.

L'agence de gestion de la dette publique pourrait accepter la totalité des offres même si leur montant dépasse 30 milliards d'euros, a dit un responsable grec.

"Elle se décidera une fois les livres clos", a-t-il dit.

Athènes a fixé des prix de rachat supérieurs aux prix de marché, les fourchettes proposées aux créanciers allant, selon les échéances, d'un plancher de 30,2% à 38,1% de la valeur nominale à un plafond de 32,2% à 40,1%.

On estime qu'une part importante de la dette grecque est détenue par des "hedge funds", des fonds spéculatifs, ayant acheté des titres à prix cassé sur les marchés lorsque ceux-ci craignaient une sortie de l'Etat hellénique de la zone euro. Leur participation à l'opération devrait leur permettre d'empocher de confortables plus-values.

Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below