15 novembre 2012 / 15:18 / il y a 5 ans

Air France veut finaliser sa commande d'A350 au 1er semestre

par Cyril Altmeyer

<p>Alexandre de Juniac, le PDG de la compagnie a&eacute;rienne Air France, estime qu'il serait "raisonnable" de conclure au premier semestre 2013 les discussions avec Rolls-Royce sur la maintenance des moteurs des 25 A350 command&eacute;s &agrave; Airbus. /Photo prise le 23 octobre 2012/REUTERS/Jean-Philippe Arles</p>

ROISSY (Reuters) - Il serait “raisonnable” de conclure au premier semestre 2013 les discussions avec Rolls-Royce sur la maintenance des moteurs des 25 A350 commandés à Airbus, a déclaré jeudi Alexandre de Juniac, le PDG de la compagnie aérienne Air France.

Air France-KLM avait annoncé en septembre 2011 une commande ferme de 50 long-courriers également répartis entre l‘A350 d‘Airbus et le B787 de l‘américain Boeing, pour un total de 12 milliards de dollars aux prix catalogue, avec une option pour 60 appareils supplémentaires.

Le groupe franco-néerlandais a finalisé en janvier la commande de 25 B787 avec Boeing, mais les négociations durent encore avec Airbus et le motoriste britannique Rolls-Royce dont le Trent XWB équipera les 25 A350. La valeur de la commande à Airbus est de sept milliards de dollars au prix catalogue.

“On n‘est pas extrêmement pressés puisque la première mise en service de l‘A350, c‘est 2017” pour Air France-KLM, a dit Alexandre de Juniac lors de l‘inauguration d‘un nouveau banc d‘essai de réacteurs à Roissy. “Mais il faut conclure un jour. La première partie de 2013 me paraît raisonnable”.

Franck Terner, directeur général d‘Air France Industries, a déclaré qu‘Air France voulait conserver une partie de la maintenance des moteurs.

“Nous n’évitons de parler d‘aucun scénario mais on n‘en est pas encore à décider ce qu‘on fera avec Rolls-Royce”, a-t-il expliqué en réponse à une question de la coentreprise avec le motoriste britannique.

E3MDS DE C.A. DANS LA MAINTENANCE

Air France-KLM a réalisé en 2011 un chiffre d‘affaires de trois milliards d‘euros dans la maintenance des avions, de leurs équipements et de leurs moteurs, dont un tiers pour d‘autres compagnies. L‘activité a dégagé un bénéfice d‘exploitation de 110 millions d‘euros l‘an passé alors que le groupe dans son ensemble était dans le rouge.

Le groupe néerlandais emploie 14.000 personnes dans cette activité, dont 8.500 chez Air France.

Selon le cabinet Oliver Wyman, le marché mondial de la maintenance et la réparation d‘avions devrait atteindre 50,8 milliards de dollars en 2014, une croissance annuelle moyenne de 5,2% depuis le début de la décennie qui attise les convoitises.

Le banc d‘essai jeudi, destiné à remplacer d‘ici 2014 celui déjà en service à Roissy, permettra à Air France-KLM de tester 300 moteurs par an, y compris des réacteurs à forte poussée destinés à des très gros porteurs comme l‘A380.

Air France négocie également avec Airbus pour obtenir des indemnités pour l‘immobilisation de ses A380 dont les ailes doivent être inspectées et réparées après la découverte en janvier de micro-fissures sur plusieurs appareils de Qantas et Singapore Airlines.

“La coopération avec Airbus est parfaite, elle fonctionne très bien”, a dit Alexandre de Juniac, réaffirmant qu‘il s‘agissait là de “négociations classiques” avec un avionneur.

L‘action Air France-KLM perd 4,33% vers 13h00. Le titre a gagné 11% depuis l‘annonce fin octobre de ses résultats trimestriels, ressortis globalement meilleurs que prévu.

Avec Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below