6 novembre 2012 / 08:28 / il y a 5 ans

Les Bourses européennes ouvrent en hausse

<p>Les principales Bourses europ&eacute;ennes ont ouvert en hausse mardi, mais l'activit&eacute; est, comme la veille, limit&eacute;e dans l'attente des r&eacute;sultats de l'&eacute;lection pr&eacute;sidentielle am&eacute;ricaine. &Agrave; Paris, le CAC 40 avance de 6,18 points ou 0,18% &agrave; 3.454,68 au lendemain d'une baisse de 1,26%. /Photo d'archives/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en hausse mardi, mais l'activité est, comme la veille, limitée dans l'attente des résultats de l'élection présidentielle américaine.

À Paris, le CAC 40 avance de 6,18 points ou 0,18% à 3.454,68 au lendemain d'une baisse de 1,26%. Le Dax-30 à Francfort reprend 0,14% et le FTSE londonien 0,16%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50, en repli de 1,05% lundi, regagne 0,17%.

Plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, Volkswagen rétrograde de 4,2% après l'annonce, lundi soir, d'une émission obligataire qui lui permettra de lever deux milliards d'euros. BMW lâche de même 1,7% : le constructeur bavarois a publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu mais dit commencer à ressentir les effets de la crise.

En vue, le groupe de travail temporaire Adecco a ouvert en hausse de 3% en réaction à des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

L'aversion au risque continue de soutenir le dollar et les Bunds mais aucune variation importante n'est enregistrée après les gains de lundi, qui ont porté le billet vert à un plus haut de deux mois face à l'euro et fait repasser les rendements des Schatze - les emprunts allemands à deux ans - en territoire négatif. L'or et le pétrole restent également confinés dans des marges étroites.

Alors qu'ouvrent les bureaux de vote aux Etats-Unis, les derniers sondages donnent toujours Barack Obama et Mitt Romney au coude-à-coude, faisant craindre une répétition de la bataille serrée entre George Bush et Al Gore qu'avait dû arbitrer la Cour suprême en 2000.

"C'est la situation que les marchés redoutent le plus et une telle incertitude aurait un impact très négatif", dit Cameron Peacock, analyste chez IG à Melbourne. "La meilleure issue possible serait qu'on ait un vainqueur sans contestation possible".

L'ouverture, jeudi, du Congrès du PC chinois et l'attente du vote du Parlement grec sur le dernier plan d'austérité - probablement mercredi - renforcent encore le sentiment de prudence.

L'euro, à 1,2777 dollar, reste près de son plus bas de deux mois établi la veille à 1,2767, hors de la marge de 1,28-1,32 qui était la sienne depuis la mi-septembre. Les cambistes situent son prochain niveau de soutien à 1,2741.

Sur le marché obligataire, le Bund est hésitant après ses gains de lundi. "Sa marge de baisse est limitée avant l'élection américaine et le vote au Parlement grec", relèvent les économiques de Commerzbank dans une note.

Véronique Tison pour le service français, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below