11 octobre 2012 / 15:02 / il y a 5 ans

Van Rompuy élabore son idée de budget séparé pour la zone euro

<p>Le pr&eacute;sident du Conseil europ&eacute;en, Herman Van Rompuy, a &eacute;toff&eacute; jeudi sa proposition de budget s&eacute;par&eacute; pour les pays de la zone euro et indirectement mis en garde le Premier ministre britannique contre l'utilisation de son id&eacute;e &agrave; des fins politiques. /Photo prise le 29 juin 2012/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>

BRUXELLES (Reuters) - Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a étoffé jeudi sa proposition de budget séparé pour les pays de la zone euro et indirectement mis en garde le Premier ministre britannique, David Cameron, contre l'utilisation de son idée à des fins politiques.

L'objectif d'un budget distinct, même s'il s'inscrit dans le long terme et devra surmonter de l'aveu même de Van Rompuy de nombreux obstacles politiques et financiers, est de contribuer à soutenir la stabilité de la monnaie unique européenne.

"Nous devons tout faire pour stabiliser la situation dans la zone euro, et une capacité budgétaire ou un budget séparé peuvent contribuer à cette stabilité, il nous faut donc réfléchir à cela, en débattre", a-t-il dit lors d'une conférence des Amis de l'Europe à Bruxelles.

A l'heure actuelle, l'Union européenne est dotée d'un budget annuel global de l'ordre de 130 milliards d'euros financé par ses 27 Etats, membres ou non de la zone euro. Il finance notamment la Politique agricole commune et des projets d'infrastructures et de recherche scientifique.

Mais il n'existe pas de budget spécifique aux 17 pays membres de la zone euro, une faille pour de nombreux économistes qui considèrent cette absence comme une des raisons de la fragilité de l'union monétaire européenne.

Herman Van Rompuy a évoqué pour la première fois cette possibilité de budget séparé en septembre. Il l'a étayée dans un document adressé début octobre aux capitales européennes.

L'Allemagne et la France y sont favorables, de même que la Grande-Bretagne, mais pour des raisons différentes : David Cameron y voit la possibilité d'éloigner davantage son pays du bloc monétaire européen et de ses difficultés. Un tel budget séparé pourrait aussi aboutir à une réduction de la contribution britannique au budget communautaire.

"Viendra le temps où il nous faudra deux budgets européens, un pour la monnaie unique, parce qu'ils vont devoir se soutenir davantage les uns les autres, et peut-être un budget plus large pour tous les autres", a dit le Premier ministre britannique dimanche, au premier jour du congrès annuel du Parti conservateur.

Pour Herman Van Rompuy comme pour d'autres, le problème est que David Cameron mêle deux choses distinctes : ces discussions encore à l'état de prémices sur un éventuel budget de la zone euro et les négociations, bien réelles elles, sur le prochain cadre financier pluriannuel de l'UE qui seront au centre du sommet européen de novembre.

"Puisque nous prendrons une décision en novembre sur un cadre financier pluriannuel, il importe de ne pas commencer à mêler cela avec les discussions sur cette idée embryonnaire", a dit le président du Conseil européen. "Les objectifs sont différents, et les calendriers sont totalement, totalement différents."

Luke Baker, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below