31 août 2012 / 07:38 / dans 5 ans

Le successeur du Peugeot Expert sera produit à Sevelnord

<p>Vue du site de Sevelnord, dans le Nord. Les futurs v&eacute;hicules utilitaires l&eacute;gers de taille moyenne de PSA Peugeot Citro&euml;n, qui succ&eacute;deront aux actuels Peugeot Expert et Citro&euml;n Jumpy, seront toujours produits en France, sur ce site nordiste. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol</p>

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a annoncé vendredi que ses futurs véhicules utilitaires légers de taille moyenne qui succéderont aux actuels Peugeot Expert et Citroën Jumpy seraient toujours produits en France sur le site de Sevelnord (Nord).

L‘usine, qui emploie 2.700 personnes, était en concurrence avec, notamment, le site espagnol de Vigo où le coût du travail est inférieur d‘un tiers.

Cette nouvelle famille de modèles représente un investissement de 750 millions d‘euros, dont plus de 400 millions en recherche et développement.

Un porte-parole de PSA a indiqué, sans plus de détail, que le constructeur japonais Toyota prendrait en charge une partie de cet investissement.

L‘avenir de Sevelnord, incertain depuis que Fiat a décidé de ne pas poursuivre sa collaboration sur place, s’était encore assombri ces derniers mois avec les difficultés financières de PSA. Le site a produit en 2011 environ 95.000 fourgonnettes, 20% sous la marque Fiat Scudo et le reste sous les deux marques du groupe PSA, Peugeot et Citroën.

“C‘est une décision très importante pour le site et pour le groupe”, a déclaré Philippe Varin, président du directoire du constructeur, cité dans un communiqué.

“Nous avons identifié les conditions économiques pour continuer à produire des véhicules utilitaires légers et pour assurer le maintien de l‘activité sur ce site de production.”

FLEXIBILITÉ ACCRUE

L‘annonce a été faite aux syndicats de Sevelnord lors de la réunion mensuelle avec la direction du site. Après la coupure d‘août, le travail reprend progressivement depuis le début de la semaine dans les usines du groupe. Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) sera la dernière à redémarrer, mardi prochain.

“C‘est l‘aboutissement de toutes les démarches menées par les syndicats depuis de longs mois”, commente Pascal Lucas, représentant CFE-CGC à Sevelnord. “Au vu des difficultés financières que rencontre actuellement le groupe, on ne peut que savourer une aussi bonne nouvelle pour notre usine.”

Le premier constructeur automobile français a annoncé en juillet 8.000 suppressions de postes en France, une réduction de la capacité de son usine de Rennes (Ille-et-Vilaine) et la fermeture en 2014 de son site d‘Aulnay.

Il avait conditionné l‘attribution de nouveaux modèles à Sevelnord à l‘arrivée d‘un partenaire pour prendre la suite de Fiat et à une amélioration de la compétitivité du site.

Sur le premier point, PSA a signé en juillet un accord avec Toyota pour développer en commun la prochaine génération d‘utilitaires légers, dont l‘arrivée est estimée vers 2015.

Sur la deuxième condition, la direction de PSA a signé également en juillet un accord de compétitivité avec plusieurs syndicats de Sevelnord prévoyant notamment un gel des salaires et une flexibilité accrue pour ajuster les cadences à la demande.

En Bourse, PSA prenait 1,86% à 6,07 euros à 10h45, surperformant l‘indice sectoriel européen (+0,8%) et l‘indice CAC 40 (+0,7%).

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below