29 août 2012 / 09:43 / il y a 5 ans

Les détails du plan d'austérité en Grèce restent à finaliser

<p>Le Premier ministre grec, Antonis Samaras. Les chefs des partis politiques grecs n'ont pas encore conclu d'accord sur un ensemble de mesures d'aust&eacute;rit&eacute; applicables dans les deux ans qui viennent. /Photo prise le 28 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/John Kolesidis</p>

par Lefteris Papadimas

ATHENES (Reuters) - Les dirigeants grecs se sont mis d‘accord sur les grandes lignes du plan d‘austérité exigé par les créanciers internationaux, mais poursuivent leurs discussions sur sa mise en oeuvre afin d‘atténuer l‘impact de ces mesures sur les plus modestes et les retraités, ont déclaré mercredi des responsables du gouvernement et des partis de la coalition au pouvoir.

La Grèce doit réduire ses dépenses d‘environ 12 milliards d‘euros sur les deux prochaines années afin de satisfaire aux conditions de ses créanciers internationaux - Union européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne - qui ont suspendu le versement de la dernière tranche d‘aide financière destinée à lui éviter une faillite.

Le plan d‘austérité sera bouclé la semaine prochaine pour être présenté aux inspecteurs de la “troïka” UE-FMI-BCE, a précisé le ministre des Finances Yannis Stournaras.

“Il y a un accord politique sur le plan d‘austérité,” a-t-il dit à l‘issue d‘une réunion des trois partis de la coalition organisée pour négocier ces mesures. “Le plan sera signé la semaine prochaine et présenté à la troïka.”

Il s‘est efforcé de minimiser les questions encore en discussions, les qualifiant de “mineures” et “techniques”.

Toutefois, les alliés socialistes et de la Gauche démocratique du Premier ministre Antonis Samaras, qui subissent la pression des électeurs pour refuser un nouveau plan d‘austérité, ont été plus circonspects concernant la finalisation de l‘accord.

Fotis Kouvelis, chef de la Gauche démocratique, a précisé qu‘il avait rejeté le principe d‘une réduction généralisée des traitements des fonctionnaires et des retraites et qu‘il fallait protéger les revenus les plus faibles.

Les précédentes mesures d‘austérité adoptées depuis la mise en place du plan de sauvegarde de la Grèce en 2010 ont plongé le pays dans une profonde récession. Près d‘un Grec sur quatre est au chômage et plus de la moitié des jeunes sont sans emploi.

L‘essentiel des mesures d‘austérité consistent à réduire les retraites, les traitements dans la fonction publique et les dépenses de santé, ce qui pourrait entraîner une nouvelle vague de protestations en septembre après la pause estivale.

Dirigeants politiques et ministres ont déclaré au cours des dernières semaines que les mesures ne devraient s‘appliquer qu’à partir d‘un certain niveau de revenus, qui reste à déterminer.

Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below