28 août 2012 / 09:58 / il y a 5 ans

La firme de sécurité G4S licencie après le fiasco des JO

<p>G4S, qui s'est trouv&eacute; au coeur du fiasco en mati&egrave;re de s&eacute;curit&eacute; des Jeux olympiques de Londres, va supprimer 1.100 emplois afin de compenser les 50 millions de livres (63 millions d'euros) perdus sur le contrat des JO. /Photo prise le 17 juillet 2012/REUTERS/Andrew Winning</p>

LONDRES (Reuters) - G4S, qui s‘est trouvé au coeur du fiasco en matière de sécurité des Jeux olympiques de Londres, a annoncé la suppression de 1.100 emplois afin de compenser les 50 millions de livres (63 millions d‘euros) perdus sur le contrat des JO.

Le directeur général de G4S a reconnu dès le mois de juillet que l‘incapacité du groupe à fournir le nombre d‘agents requis pour les Jeux a plongé le gouvernement britannique dans l‘embarras et affecté l‘image de la société.

G4S a annoncé mardi un bénéfice avant intérêt, impôts et amortissement (Ebita) de 236 millions de livres au premier semestre, inchangé par rapport à la même période de 2011, sur un chiffre d‘affaires en hausse de 5,8% à 3,9 milliards. Il s‘est dit toujours confiant dans l‘avenir malgré l‘incident de parcours des JO.

Le groupe -qui a fait un don de 2,5 millions de livres à des associations sportives et caritatives de l‘armée britannique pour remercier les troupes de s’être chargées de la surveillance des Jeux pour pallier ses propres manquements- note qu‘il a finalement fourni 8.000 personnes pour la surveillance des Jeux aux pics d‘affluence et qu‘il n‘a pas d‘inquiétudes pour les Jeux paralympiques.

G4S, qui emploie au total 657.000 personnes dans plus de 125 pays, a annoncé qu‘une commission d‘enquête concernant son incapacité à remplir son contrat avait été entamée, dont les conclusions seraient disponibles fin septembre.

Le groupe a maintenu son dividende intérimaire à 3,42 pence par action.

En Bourse, le titre perdait 2,3% à 09h10 GMT, valorisant la société 3,67 milliards de livres. La valeur a perdu plus de 10% depuis le 11 juillet.

Neil Maidment; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below