23 août 2012 / 11:28 / il y a 5 ans

Pour Schäuble, un délai n'est pas une solution pour la Grèce

BERLIN (Reuters) - Accorder à la Grèce un délai supplémentaire pour réduire ses dépenses publiques ne résoudrait pas ses difficultés, a déclaré jeudi le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.

<p>Boutiques &agrave; louer dans une galerie commerciale dans le centre d'Ath&egrave;nes. Accorder &agrave; la Gr&egrave;ce un d&eacute;lai suppl&eacute;mentaire pour r&eacute;duire ses d&eacute;penses publiques ne r&eacute;soudrait pas ses difficult&eacute;s, a d&eacute;clar&eacute; jeudi le ministre allemand des Finances Wolfgang Sch&auml;uble dans un entretien &agrave; la radio SWR. /Photo prise le 22 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/John Kolesidis</p>

“Du temps supplémentaire n‘est pas une solution aux problèmes”, a-t-il dans un entretien à la radio SWR, ajoutant qu‘accorder plus de temps à Athènes pourrait signifier “plus d‘argent”.

La zone euro a atteint la limite de ce qui est économiquement viable en ce qui concerne l‘aide à la Grèce, a poursuivi Wolfgang Schäuble.

Le Premier ministre grec explique qu‘il demande juste un peu “d‘air” pour sortir son pays de la récession.

“Nous ne demandons pas plus d‘argent!”, répète Antonis Samaras dans un entretien publié jeudi dans le quotidien Le Monde. “La seule chose sur laquelle nous voulons insister, c‘est que la reprise économique est nécessaire pour atteindre nos objectifs.”

“Nous avons besoin d‘air pour reprendre notre souffle.”

Antonis Samaras souligne que son gouvernement est en train de finaliser son plan de réductions budgétaires, qui représente pour l‘instant 11,7 milliards d‘euros et qu‘il a porté l‘objectif de privatisations à plus de 30 milliards d‘euros en 2016.

Le Premier ministre grec rencontrera la chancelière Angela Merkel vendredi à Berlin, avant d’être reçu samedi à Paris par le président François Hollande. Il a lui-même reçu mercredi à Athènes le président de l‘Eurogroupe Jean-Claude Juncker.

Ce dernier a préservé l‘espoir nourri par Athènes de bénéficier d‘un délai supplémentaire de deux ans pour mettre en oeuvre ses réformes.

Jean-Claude Juncker a déclaré qu‘octroyer un nouveau délai à la Grèce dépendrait des conclusions d‘une mission de la “troïka” BCE-CE-FMI sur les progrès accomplis par le pays dans la voie des réformes et de l’équilibre budgétaire.

Angela Merkel et François Hollande ont également dit attendre les résultats de cette mission, prévus au plus tôt en septembre.

Alexandra Hudson, avec Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below