24 juillet 2012 / 12:14 / il y a 5 ans

Les marchés européens stables ou en légère baisse à la mi-séance

<p>Apr&egrave;s les lourdes pertes de lundi, les Bourses europ&eacute;ennes sont stables ou en l&eacute;g&egrave;re baisse &agrave; la mi-s&eacute;ance mardi. &Agrave; Paris, le CAC 40 c&eacute;dait 0,07% &agrave; 3.099,38 points vers 11h30 GMT. &Agrave; Francfort, le Dax perdait 0,06% et &agrave; Londres, le FTSE 0,11%. L'indice paneurop&eacute;en Eurostoxx 50 reculait de 0,47%. /Phoot prise le 24 juillet 2012/Alex Domanski</p>

PARIS (Reuters) - Après les lourdes pertes de lundi, les Bourses européennes sont stables ou en légère baisse à la mi-séance mardi et Wall Street est attendue sur la même tendance, les tensions sur les taux espagnols, des signes de faiblesse de l'activité en Europe et la décision de Moody's d'abaisser la perspective de la note de crédit de l'Allemagne l'emportant sur l'impact positif de l'activité en Chine.

À Paris, le CAC 40 cède 0,07% à 3.099,38 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,06% et à Londres, le FTSE 0,11%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 recule de 0,47%.

Aux valeurs, les technologiques restent en tête des hausses en Europe, avec un gain de 0,7%. Les secteurs des assurances et des services collectifs essuient toujours les plus fortes baisses sectorielles en Europe.

L'annonce d'une poursuite de la contraction de l'activité dans le secteur privé en zone euro et en Allemagne en juillet en cours de matinée a pesé sur la tendance.

En revanche, la contraction de l'activité manufacturière en Chine s'est atténuée en juillet, portée par un rebond de la production et des signes d'amélioration dans les commandes à l'exportation, selon l'indice PMI "flash" calculé par la banque HSBC.

Les investisseurs attendent maintenant les indicateurs PMI aux Etats-Unis cet après-midi.

Par ailleurs, la "troïka" composée du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Commission européenne arrive ce mardi à Athènes afin d'inciter le gouvernement grec à prendre d'autres mesures d'austérité.

Les rendements lors de l'adjudication par Madrid de plus de trois milliards d'euros de bons à trois et six mois ont atteint leur deuxième plus haut niveau depuis la naissance de l'euro, dans un climat d'inquiétude croissante sur la situation financière de l'Espagne.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below