11 juillet 2012 / 11:30 / dans 5 ans

Les Bourses européennes en ordre dispersé à la mi-journée

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à la mi-séance mercredi, l‘annonce par l‘Espagne d‘une nouvelle série de mesures de réduction de ses déficits compensant l‘inquiétude liée à la dégradation des résultats de sociétés dans plusieurs secteurs.

<p>Les Bourses europ&eacute;ennes &eacute;voluent en ordre dispers&eacute; &agrave; la mi-s&eacute;ance mercredi, l'annonce par l'Espagne d'une nouvelle s&eacute;rie de mesures de r&eacute;duction de ses d&eacute;ficits compensant l'inqui&eacute;tude li&eacute;e &agrave; la d&eacute;gradation des r&eacute;sultats de soci&eacute;t&eacute;s dans plusieurs secteurs. Vers 13h, le CAC 40 abandonnait 0,06% et au m&ecirc;me moment la Bourse de Francfort gagnait 0,67% et celle de Londres progressait de 0,13%. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults</p>

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a annoncé un plan de hausse des prélèvements et de baisse des dépenses publiques censé réduire le déficit budgétaire espagnol de 65 milliards d‘euros en deux ans et demi et crédibiliser ses objectifs d‘assainissement des finances publiques.

En baisse pendant toute la matinée, l‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est repassé dans le vert à la mi-journée, tiré entre autres par les valeurs défensives, dans des volumes qui restent toutefois réduits. Vers 13h, il gagnait 0,21%.

Au même moment à Paris, le CAC 40 abandonnait 0,06% à 3.173,62 points. À Francfort, le Dax gagnait 0,67% et à Londres, le FTSE progressait de 0,13%.

Le secteur des télécoms (+1,1%), celui des services aux collectivités (+0,92%) et celui des banques (+0,88%) figurent parmi les plus fortes hausses.

A la baisse, les valeurs du luxe souffrent après les chiffres jugés décevants publiés par le britannique Burberry, qui cède 6%. LVMH abandonne 2,3%.

Les inquiétudes liées à la crise de la zone euro pèsent toujours sur la monnaie unique, qui reste proche de ses plus bas de deux ans face au dollar, en raison notamment de la crainte de certains investisseurs de devoir attendre plusieurs mois la décision de la cour constitutionnelle allemande sur l‘activation du Mécanisme européen de stabilité (MES).

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a dit espérer une décision avant l‘automne, laissant entendre que le processus pourrait prendre plus de temps qu‘estimé jusqu’à présent.

Bénéficiant des inquiétudes suscitées entre autres par l‘Espagne et par les obstacles persistant à la mise en activité du Mécanisme européen de solidarité, l‘Allemagne a émis 4,15 milliards de dette à 10 ans à un coût historiquement bas, le rendement moyen de l‘adjudication ressortant à 1,31%.

L‘opération a été souscrite 1,5 fois, contre 1,35 fois en moyenne sur cette échéance depuis le début de l‘année.

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below