5 juillet 2012 / 12:07 / dans 5 ans

La BCE abaisse ses taux à un nouveau plus bas historique

par Sakari Suoninen

<p>Le pr&eacute;sident de la BCE Mario Draghi Mario Draghi. La Banque centrale europ&eacute;enne (BCE) a abaiss&eacute; jeudi ses trois taux directeurs d'un quart de point pour les ramener &agrave; de nouveaux plus bas historiques, afin de soutenir l'activit&eacute; &eacute;conomique dans la zone euro sur fond de crise de la dette. Le taux de refinancement de la BCE passe de 1,0% &agrave; 0,75%. /Photo prise le 20 juin 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi ses trois taux directeurs d‘un quart de point pour soutenir l‘activité économique dans la zone euro sur fond de crise de la dette, mais n‘a pas annoncé de mesures plus radicales comme de nouveaux achats d‘obligations souveraines ou de nouvelles liquidités bon marché pour les banques.

Cet assouplissement de la politique monétaire intervient peu après ceux annoncés plus tôt dans la journée par la Banque d‘Angleterre et la Banque populaire de Chine.

Il ramène le taux de refinancement de la BCE de 1,0% à 0,75%, son taux de facilité de dépôt de 0,25% à zéro et le taux de prêt marginal de 1,75% à 1,5%.

Ces taux tombent ainsi à de nouveau plus bas historiques quelques jours après un sommet européen marqué par plusieurs décisions visant à empêcher une extension de la crise de la dette à l‘Espagne et à l‘Italie.

Une baisse des taux dans la zone euro était largement anticipée par les intervenants de marché après une série d‘indicateurs macro-économiques montrant que même l‘Allemagne, moteur économique de la zone euro, est affectée par la crise de la dette.

“Cette décision est probablement la plus acceptable pour la BCE à ce stade”, a déclaré Jens Sondergaard, économiste chez Nomura.

L‘euro reculait contre toutes les devises internationales à la suite de la décision de la BCE, qui a également entraîné plombé les Bourses européennes.

Pour certains investisseurs, l‘abaissement des taux de la BCE laisse entendre que cette dernière à une vision très sombre de la conjoncture.

DRAGHI PLOMBE L‘ESPAGNE

<p>Le pr&eacute;sident de la BCE Mario Draghi. La Banque centrale europ&eacute;enne a abaiss&eacute; jeudi ses trois taux directeurs d'un quart de point pour soutenir l'activit&eacute; &eacute;conomique dans la zone euro sur fond de crise de la dette, mais n'a pas annonc&eacute; de mesures plus radicales comme de nouveaux achats d'obligations souveraines ou de nouvelles liquidit&eacute;s bon march&eacute; pour les banques. /Photo prise le 5 juillet 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>

“La baisse à 0% des facilités de dépôts suggère une perception très négative de l‘environnement par la BCE. Très préoccupant”, a résumé Philippe Waechter, économiste chez Natixis AM.

Les investisseurs n‘ont pas davantage été rassurés par le mutisme du président de la BCE, Mario Draghi, sur une éventuelle reprise du programme d‘achat d‘obligations de la banque centrale, laissant entendre que celle-ci ne s‘y résoudrait désormais qu‘en cas d‘absolue nécessité.

Mario Draghi n‘a pas davantage donné d‘indication de l‘intention de la BCE de renouveler ses opérations de prêts à trois ans à taux ultra préférentiel (LTRO), qui avaient permis de prêter mille milliards d‘euros aux banques en décembre et février pour leur permettre de se refinancer.

<p>LES TAUX D'INT&Eacute;R&Ecirc;T DANS LE MONDE</p>

“Nous n‘avons pas discuté d‘autres mesures non conventionnelles”, comme les LTRO, a déclaré le président de la BCE lors d‘une conférence de presse.

“Nous avons toujours dit que ces mesures non conventionnelles étaient temporaires et nous ne voulons pas nous engager sur de futures actions”, a-t-il ajouté.

La réaction des marchés ne s‘est pas faite attendre. Le rendement des obligations espagnoles à dix ans, déjà reparti en légère hausse après une adjudication de dette effectuée par Madrid dans la matinée, bondissait de 39 points de base à 6,79% à 14h30 GMT, l‘embellie des lendemains du sommet européen semblant déjà oubliée.

Les coûts de financements supportés par l‘Italie étaient également en nette hausse.

La Banque d‘Angleterre (BoE) a engagé de son côté un troisième cycle d‘assouplissement monétaire afin d‘aider l’économie britannique à sortir de la récession, en annonçant 50 milliards de livres (62 milliards d‘euros) de rachats d‘actifs tout en maintenant son taux directeur à 0,5%.

De son côté, la banque centrale chinoise a abaissé ses taux d‘intérêt pour la deuxième fois en moins d‘un mois.

Avec la contribution d‘Alexandre Boksenbaum-Granier à Paris, Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below