26 juin 2012 / 11:29 / dans 5 ans

"Monsieur Euro" nommé au ministère grec des Finances

ATHENES (Reuters) - Yannis Stournaras, économiste respecté qui a participé aux négociations sur l‘intégration de la Grèce dans la zone euro, a été nommé mardi à la tête du ministère des Finances.

<p>Le gouvernement grec a annonc&eacute; mardi la nomination d'un technocrate, Yannis Stournaras, au poste de ministre des Finances. Ce banquier et &eacute;conomiste &acirc;g&eacute; de 55 ans remplace Vassilis Rapanos, qui a d&eacute;missionn&eacute; lundi en raison de probl&egrave;mes de sant&eacute;. /Photo prise le 2 avril 2012/REUTERS/Yorgos Karahalis</p>

Il remplace Vassilis Rapanos, qui a démissionné lundi sur les conseils de ses médecins après avoir passé les quatre premiers jours de son mandat à l‘hôpital.

Sa défection a semé la confusion dans les rangs de la coalition gouvernementale emmenée par les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND), au moment même où elle s‘efforce d‘obtenir un assouplissement des conditions de l‘aide financière internationale.

“Le Premier ministre Antonis Samaras a décidé de nommer le professeur d’économie de l‘université d‘Athènes (...) Yannis Stournaras au poste de ministre des Finances”, annonce la primature dans un communiqué.

Les chefs de file de ND, du Parti socialiste (Pasok) et de la Gauche démocratique, les trois composantes de la coalition, se sont rapidement entendus sur son nom, dit-on dans leur entourage. Yannis Stournaras, âgé de 55 ans, est surnommé “Monsieur Euro”, dans son pays.

Antonis Samaras, lui-même opéré de la rétine samedi, devait recevoir dans la journée les leaders du Pasok et de la Gauche démocratique à son domicile pour évoquer la renégociation du plan d‘aide de l‘Union européenne et du Fonds monétaire international, a-t-on appris auprès d‘un membre de sa formation.

LA FOSSE AUX LIONS

Le nouveau ministre des Finances aura fort à faire pour convaincre les créanciers internationaux d‘accorder davantage de temps et d‘argent à Athènes et pour amener les autres membres du gouvernement à se serrer un peu plus la ceinture.

“Stournaras est une personne sérieuse et respectée qui inspirera confiance aux marchés. Mais il entre dans un mauvais gouvernement, où beaucoup d‘hommes politiques de la vieille école et dépensiers occupent des postes clés”, note le politologue John Loulis.

“Il devra leur livrer une rude bataille. Il entre dans la fosse aux lions et il ne survivra pas sans l‘appui du Premier ministre”, ajoute-t-il.

Yannis Stournaras occupait les fonctions de ministre du Développement dans le gouvernement intérimaire qui a expédié les affaires courantes jusqu‘aux élections du 17 juin.

Il est considéré comme un libéral et un partisan ardent de l‘ouverture économique, ce qui devrait lui valoir les faveurs des créanciers internationaux.

Il était conseiller économique en chef de Costas Simitis lorsqu‘Athènes négociait son adhésion à la zone euro. La Grèce a adopté la monnaie unique en 2001.

On ignore encore s‘il assistera au sommet européen de jeudi et vendredi. Antonis Samaras, toujours convalescent, n‘y sera pas. La délégation grecque devrait être conduite par le président Karolos Papoulias et le ministre des Finances sortant, George Zanias.

Les dirigeants de la troïka formée par l‘UE, le FMI et la Banque centrale européenne ont annulé une visite prévue lundi à Athènes du fait des problèmes de santé de Samaras et de Rapanos.

Deepa Babington et Lefteris Papadimas, Pierre Sérisier pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below