24 juin 2012 / 14:27 / il y a 5 ans

Wall Street focalisée sur l'Europe et la croissance

<p>Les investisseurs estiment qu'il sera difficile de r&eacute;aliser des gains importants sur les march&eacute;s cette semaine, compte tenu de l'accumulation des signes de ralentissement dans le monde et la persistance de la crise de la dette la zone euro. /Photo d'archives/Brendan McDermid</p>

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a traversé de sérieux obstacles la semaine dernière, en particulier les élections grecques et la révision en baisse des prévisions de croissance de la Réserve fédérale.

Mais les ennuis ne sont pas finis.

Les investisseurs estiment qu'il sera difficile de réaliser des gains importants sur les marchés cette semaine, compte tenu de l'accumulation des signes de ralentissement dans le monde et la persistance de la crise de la dette la zone euro.

Au cours de la semaine dernière, l'indice S&P a accusé sa deuxième plus forte baisse quotidienne de l'année et le marché devrait rester très volatil au cours de cette dernière semaine du trimestre, qui sera dominée par les annonces des dirigeants européens.

En Europe, les dirigeants de l'Union européennes se retrouveront pour un sommet de deux jours les 28 et 29 juin, une réunion une nouvelle fois considérée comme déterminante pour l'avenir de la zone euro.

Les investisseurs attendent également un jugement de la Cour Suprême concernant la réforme de santé de l'Administration Obama, qui aura ses gagnants et ses perdants dans le secteur.

Le président du Conseil italien Mario Monti a souligné vendredi que les pays de la zone euro risquaient de subir de plus en plus d'attaques spéculatives si le prochain sommet européen ne débouche sur aucune solution pérenne à la crise des dettes souveraines.

La tension monte sur les rendements de la dette souveraine espagnole et exerce une pression croissante en faveur d'une plus grande intégration budgétaire européenne et de mesures de soutien accrues aux Etats périphériques en difficulté.

"Nous commençons à être confrontés aux problèmes de financement de l'Espagne et de l'Italie - en tout cas de l'Espagne", commente John Mauldin, président de Millennium Wave Investments, société de conseil à Dallas (Texas). "L'Europe va se retrouver à un moment donné acculée à faire quelque chose."

Sur l'ensemble de la semaine, l'indice Dow Jones a perdu 0,9% et le S&P 500 0,6%, alors que le Nasdaq a progressé de 0,7%.

Malgré ce recul du S&P, le marché montre quelques signes de résistance, notamment l'indice de volatilité CBOE, qui mesure la peur de l'avenir, a chuté d'environ 30% en trois semaines. Le S&P 500 a gagné 1,5% depuis le début du mois.

"La crise de la zone euro avait été largement anticipée, ce qui explique en partie la propension du marché à rebondir", note Ted Weisberg, trader à New York chez Seaport Securities.

RÉFORME DE LA SANTÉ

La Cour suprême américaine doit se prononcer concernant la loi sur la Protection des patients et les soins abordables (Patient Protection and Affordable Care Act), une réforme du système américain de santé sans précédent en un demi-siècle.

Pour le secteur de la santé et des hôpitaux, plusieurs scénarios sont anticipés et les paris sont parfois complexes.

Les mutuelles de santé spécialisées dans les programmes Medicaid pour les pauvres, comme Centene Corp ou Molina Healthcare, pourraient souffrir d'une invalidation de la loi, tandis que les assureurs de plus grande taille, comme Aetna Inc ou WellPoint, en bénéficieraient.

Quant aux dernières statistiques économiques américaines, elles ont confirmé le ralentissement de la croissance du pays, une perspective partagée par la Fed.

Les résultats des entreprises sont également soumis à une forte pression, le marché n'ayant jamais, depuis dix ans, vu autant de sociétés annoncer qu'elles attendaient des résultats décevants.

"Les indicateurs laissent entendre que nous sommes engagés dans un ralentissement mondial et tandis que les investisseurs se préparent à boucler le trimestre, la grande volatilité et la faiblesse de la tendance que nous avons vu (la semaine dernière) pourraient annoncer ce qui nous attend", a déclaré Carl Kaufman, gérant chez Osterweis Strategic Income à San Francisco.

Les investisseurs attendent maintenant des indicateurs concernant la confiance du consommateur, les ventes de logement neufs et autres statistiques sur le marché de l'emploi.

Plusieurs groupes importants publieront leurs résultats, dont Nike, Monsanto Co et General Mills.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below