June 15, 2012 / 1:03 PM / 6 years ago

EADS réorganisera ses fonctions centrales à partir de 2013

TOULOUSE (Reuters) - EADS compte lancer le regroupement de ses fonctions de ressources humaines et de finances avec celles de sa filiale Airbus à partir du 1er janvier 2013 et en discutera d’ici la fin de l’année avec les partenaires sociaux, ont rapporté vendredi des syndicalistes.

Tom Enders, le nouveau président exécutif d'EADS. D'après les syndicats, le groupe d'aéronautique et de défense compte lancer le regroupement de ses fonctions de ressources humaines et de finances avec celles de sa filiale Airbus à partir du 1er janvier 2013. /Photo prise le 31 mai 2012/REUTERS/Paul Vreeker/United Photos

Lors d’une réunion du comité européen d’EADS à Toulouse, le nouveau président exécutif du groupe d’aéronautique et de défense Tom Enders a réaffirmé sa “volonté forte” de rassembler à Toulouse les sièges d’EADS, actuellement installés à Paris et Munich.

“Il y aura une phase de concertation jusqu’à la fin de l’année”, a déclaré à Reuters Ludovic Andrevon, de la CFE-CGC, qui était présent au comité européen d’EADS.

“On va prendre ça avec beaucoup de précaution. Si cette réorganisation a peut-être du sens (...), au-delà de l’intelligence du procédé il y a des vies privées et des emplois.”

Des discussions vont être menées en parallèle en France et en Allemagne, à partir de lundi chez Airbus et la semaine suivante pour EADS, a-t-il poursuivi, ajoutant que “le but pour la direction est d’avoir un projet prêt en début d’année prochaine”.

Selon Xavier Petrachi, délégué syndical central CGT d’Airbus qui a assisté à un comité européen d’Airbus organisé au même moment, l’équipe qui a pris les rênes d’EADS fin mai a assuré ne pas avoir de “position dogmatique”.

“L’idée, c’est : ‘On fait (la réorganisation) là où ça peut nous apporter quelque chose de plus’”, a-t-il dit.

Le nombre d’emplois concernés par cette réorganisation n’a pas été précisé et l’avenir des sièges d’EADS à Montmorency, près de Paris, et Ottobrunn, près de Munich, est encore flou, ont indiqué les syndicats.

Tom Enders avait déclaré lundi à la presse que Toulouse était un bon endroit pour accueillir le futur siège d’EADS.

Interrogé sur le transfert à Toulouse de fonctions actuellement réparties entre Paris et Munich, il avait répondu : “Ce doit être sans aucun doute l’objectif, nous n’y parviendrons pas en une seule fois, mais une société normale, c’est un siège, pas deux ou trois.”

Tom Enders a succédé fin mai à Louis Gallois à la présidence exécutive d’EADS. Dans une lettre adressée aux salariés au premier jour de sa prise de fonction, il a indiqué qu’il attendrait l’automne pour définir ses grandes orientations stratégiques.

Jean Décotte, avec Cyril Altmeyer à Paris, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below