8 juin 2012 / 15:53 / il y a 5 ans

L'Euro 2012, coup de pouce pour l'économie polonaise

<p>Supporters polonais &agrave; leur arriv&eacute;e au Stade national de Varvosie pour le match d'ouverture de l'Euro contre la Gr&egrave;ce. L'acc&egrave;s aux fonds de l'UE ont permis &agrave; la Pologne d'injecter 20 milliards d'euros dans les pr&eacute;paratifs de l'Euro. Ces 20 milliards repr&eacute;sentent 5% du PNB annuel du pays, 30.000 emplois et un coup de pouce pour la croissance, au point que la Pologne a &eacute;t&eacute; la seule &eacute;conomie d'Europe &agrave; continuer de cro&icirc;tre ces quatre derni&egrave;res ann&eacute;es. /Photo prise le 8 juin 2012/Jerzy Dudek</p>

par Dagmara Leszkowicz et Chris Borowski

VARSOVIE (Reuters) - Les supporters venus à Varsovie pour l'Euro de football vont trouver des embouteillages, des routes à peine finies et une série d'excavations géantes aux endroits où aurait dû passer la nouvelle ligne de métro.

L'autoroute flambant neuve reliant la capitale polonaise à Berlin a été inaugurée, mais il a fallu pour cela qu'une loi spéciale soit adoptée par le Parlement. Sur des kilomètres et des kilomètres, on ne trouve pas la moindre station-service ou sortie, et par endroits manque encore une couche d'asphalte.

Au-delà de ces déboires, l'impératif d'être prêt pour l'Euro 2012 a fait sauter les obstacles de la bureaucratie, la corruption et les querelles politiques, qui ont paralysé les projets pendant des années.

"C'est un changement de civilisation. Il est trop tôt pour faire sauter le champagne, mais j'ai certaines satisfactions", a dit à la presse cette semaine le Premier ministre, Donald Tusk, avant que les autorités ouvrent à la circulation la dernière tranche de l'autoroute vers Berlin.

"Je suis très heureux que l'autoroute A2 puisse être utilisée. Je le serai encore plus si tous (les projets) étaient réalisés", a-t-il ajouté.

Une forte croissance économique et l'accès aux fonds de l'UE ont permis à la Pologne d'injecter, pendant quatre ans, 20 milliards d'euros dans les préparatifs du tournoi, dont 60% sont allés à la construction de routes. C'est le double de ce que le gouvernement ukrainien a affecté de son côté aux préparatifs.

Ces 20 milliards représentent 5% du PNB annuel du pays, 30.000 emplois et un coup de pouce pour la croissance, au point que la Pologne a été la seule économie d'Europe à continuer de croître ces quatre dernières années, malgré la crise économique qui affecte le "vieux continent".

PARTENARIAT AVEC L'UKRAINE

"Le tournoi est une impulsion qui aura fait beaucoup", explique Lech Witecki, directeur de l'agence routière à la pointe des travaux de construction de nouvelles autoroutes. "Cela a créé une situation grâce à laquelle, ces quatre dernières années, nous avons pu régler des problèmes qui, par le passé, mettaient tant d'années à l'être", résume-t-il.

On sait de longue date que les Jeux olympiques et les grands tournois de football grèvent durablement les comptes des pays organisateurs. Les JO d'Athènes, en 2004, ont plombé l'économie grecque. Le Portugal a subi le même sort, se retrouvant au bord de la faillite huit ans après un Euro de football qui, en 2004, était censé doper l'économie nationale.

Grâce au partenariat avec l'Ukraine, cependant, les Polonais n'ont eu que quatre stades à construire ou à rénover, contre huit normalement pour un Euro de football.

Cela leur a permis de se concentrer sur les investissements consacrés à des infrastructures d'intérêt plus général, qui auront beaucoup plus de retombées pour les Polonais dans les années à venir qu'un afflux momentané de supporters étrangers.

Les retombées seront notamment bénéfiques pour les moyens de communication, talon d'Achille de la Pologne qui a vu ces dernières années des investisseurs lui préférer des pays de la région mieux desservis, comme la Slovaquie, la République tchèque ou la Hongrie.

Après avoir terminé l'autoroute A2, la Pologne compte près de 1.200 km d'autoroutes, près du double de son réseau d'il y a cinq ans, et 337 autres kilomètres doivent être achevés d'ici la fin de l'année. On est loin encore du réseau autoroutier de l'Allemagne, qui est de 12.800 km pour un territoire qui ne dépasse que de 10% la superficie de la Pologne.

"Le fait d'accueillir un tournoi comme ça est bon pour l'économie - ce qu'on ne peut pas nécessairement dire pour les pays développés qui ont d'ores et déjà des infrastructures bien rodés", déclare Jakub Borowski, économiste en chef à la Kredyt Bank à Varsovie.

"Le tournoi catalyse des investissements qui sont nécessaires et seraient réalisés de toute façon, mais plus tard. L'amélioration des infrastructures attirera davantage d'investissements directs étrangers", explique-t-il.

Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below