29 mai 2012 / 09:08 / il y a 5 ans

Air France-KLM pourrait attendre 2015 pour racheter Alitalia

<p>Air France-KLM pourrait attendre 2014, voire 2015, pour prendre le contr&ocirc;le d'Alitalia dont il d&eacute;tient 25%, malgr&eacute; la possibilit&eacute; de monter dans le capital de la compagnie italienne d&egrave;s l'an prochain pr&eacute;vue par leur pacte d'actionnaires, selon La Tribune. /Photo d'archives/Max Rossi</p>

PARIS (Reuters) - Air France-KLM pourrait attendre 2014, voire 2015, pour prendre le contrôle d'Alitalia dont il détient 25%, malgré la possibilité de monter dans le capital de la compagnie italienne dès l'an prochain prévue par leur pacte d'actionnaires, écrit mardi La Tribune.

Le groupe franco-néerlandais, qui souhaite procéder par échange d'actions, n'aurait pas le temps de faire remonter d'ici l'an prochain suffisamment le cours de son titre qui erre autour de 3,5 euros, ajoute le site internet économique.

Air France-KLM a présenté début janvier un plan destiné à économiser deux milliards d'euros d'ici fin 2014 et espère boucler d'ici fin juin les négociations avec les syndicats sur la baisse de ses coûts, qu'il juge indispensable à sa réussite.

"Si les grands industriels ont la capacité d'attendre avant de vendre leurs titres, certains des plus petits seraient plus impatients", écrit La Tribune. "Aussi, les parts de ces minoritaires pourraient, elles, être rachetées par Air France-KLM ou par d'autres investisseurs."

Une porte-parole d'Air France-KLM s'est refusée à tout commentaire sur l'article.

Air France-KLM a pris en janvier 2009 25% d'Alitalia-CAI, CAI étant un consortium d'hommes d'affaires qui avaient racheté la compagnie italienne en faillite en 2008.

Pendant quatre ans, les détenteurs d'actions ne peuvent les céder ni à un tiers, ni au groupe franco-néerlandais. A partir du 13 janvier 2013, Air France-KLM dispose d'une option pour prendre le contrôle d'Alitalia.

Le groupe franco-néerlandais compte quatre administrateurs sur un total de 19 au conseil d'Alitalia-CIA et de deux sièges sur neuf au comité exécutif.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below